Désir, érotisme et cultures corporelles en Europe du Nord.

24/25 mars 2017, BNU de Strasbourg

Organisée par Thomas Beaufils (Lille), Maurice Carrez (Strasbourg) et Thomas Mohnike (Strasbourg)

Illustration : Anders Zorn, Shallow, 1913.

Anders Zorn, Shallow, 1913.

Quand on parle des pays du Nord à l’étranger, il est souvent question d’un autre rapport au corps, à l’amour et à la sexualité. La liberté sexuelle, le corps étroitement lié à la nature, les femmes fortes et indépendantes tant dans la société que dans les relations de couple, le sauna où l’on expose sa nudité, l’hypermasculinité du Viking, la promotion de la diversité des orientations sexuelles – tant de clichées et de mythèmes parfois contradictoires qui participent à la construction de ces narrations du Nord comme un monde culturel à part. Lors de nos deux journées d’études, nous voulons explorer ces mythèmes à travers des études littéraires, culturelles, artistiques, filmiques, sociologiques etc qui traitent soit des sources et phénomènes culturels de l’Europe du Nord, soit des imaginaires de l’Europe du Nord, soit des deux comme par exemple dans des études de réception des productions culturelles provenant du Nord.

Un choix des contributions sera publié dans Deshima. Revue d’histoire globale des pays du Nord.

Merci d’envoyer un résumé de votre proposition de contribution jusqu’au 15 octobre 2016 à Thomas Beaufils (thomas.beaufils@univ-lille3.fr) et Thomas Mohnike (tmohnike@unistra.fr).

International conference: A world in fragments: GKS 1812 4to and medieval encyclopedic literature

Viðey 20 – 21 October 2016
REGISTRATION

The conference is held to celebrate the centennial anniversary of the publication of Icelandic medieval encyclopedic texts under the title Alfræði íslenzk I–III. The three volumes were published in 1908–1918 by Samfund til udgivelse for gammel nordisk litteratur. The main editor was the Danish scholar Kristian Kålund, but the second volume, which contains calendars, was edited jointly by Kålund and Natanaël Beckman.

One of the most important manuscripts which Kålund and Beckman based their edition on is GKS 1812 4to — the focal point of this conference. The manuscript was for a long time preserved in the Royal library in Copenhagen, but was transferred to Iceland in 1984.

GKS 1812 4to, which may have been kept in the monastery in Viðey for a time, is one of the most important Icelandic medieval encyclopedic manuscripts extant. It consists of 36 folios which are the remains of at least three vellum books. The oldest part of the manuscript dates from around 1190–1200 and includes e.g. an Icelandic–Latin glossary, texts on the reckoning of time and a chapter from The Book of Icelanders. The second-oldest part consists of four folios from a manuscript dating from the second quarter of the 13th century. It includes, among other things, a mappa mundi, cosmological drawings, a calendarium and writings on time-reckoning. The youngest parts are fragments of a 14th-century manuscript and mainly contain writings on astronomy and calendar studies, including drawings of nine signs of the Zodiac and the division of philosophy.

Fifteen speakers from different fields within medieval studies are invited to the conference. They will discuss the manuscript and its topics from a wide range of perspectives. The speakers are:

Malek Bouzari (École normale supérieure, Algiers)

Christian Etheridge (Syddansk universitet, Odense)

Guðbjörg Kristjánsdóttir (The Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies, Reykjavík)

Guðrún Nordal (The Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies / University of Iceland, Reykjavík)

Gunnar Harðarson (University of Iceland, Reykjavík)

Alfred Hiatt (Queen Mary University of London)

Haraldur Bernharðsson (University of Iceland, Reykjavík)

Dale Kedwards (Universität Zürich)

Kristín Bjarnadóttir (University of Iceland, Reykjavík)

Åslaug Ommundsen (Universitetet i Bergen)

Ragnheiður Mósesdóttir (Nordisk Forskningsinstitut, Copenhagen University)

Svanhildur Óskarsdóttir (The Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies, Reykjavík)

Þorsteinn Vilhjálmsson (University of Iceland, Reykjavík)

http://www.arnastofnun.is/page/vidburdasafn_vidburdur_en&detail=1029053

Preliminary! Lübeck Film Studies Colloquium

The third Lübeck Film Studies Colloquium accompanies the Nordic Film Days on Friday 4 and Saturday 5 November. As a collaboration between the Nordic Film Days and the Journal of Scandinavian Cinema, the colloquium warmly invites Film and Media scholars, Scandinavian Studies researchers, film professionals attending the festival, as well as students and anyone else interested in the study of cinema. This year a primary focus lies on intercultural meetings and documentary cinema, a topic that corresponds both with the festival’s Retrospective film series (curated by Jörg Schöning; see festival programme), and with a forthcoming special issue of the journal (guest edited by Ilona Hongisto, Malin Wahlberg and Bill Nichols).
Attendance is free of charge. Please contact Anders Marklund, Lecturer in Film Studies at Lund University and editor of Journal of Scandinavian Cinema, for more information and for registration: anders.marklund@litt.lu.se.

Venue: Diele, located at Mengstraße 41-43, close to the corner of An der Untertrave.

FRIDAY 4 NOVEMBER

9.15-9.30 Welcome & introduction
– Anders Marklund (Lund University)

9.30-11.00 Immigrant Film in Sweden
Chair: Matthias Bauer (Europe University Flensburg)
–  Lars Gustaf Andersson (Lund University): “Peter Weiss and the Independent Film Group”
–  John Sundholm (Stockholm University): “Guillermo Alvarez and Cineco”
–  Kay Hoffmann (Documentary Film Center Stuttgart): “Peter Nestler – A Poetic Provocateur”

11.00-11.30. Coffee break

11.30-12.30. Postcolonial issues in Scandinavian Documentary
Chair: Tytti Soila (University of Stockholm)
– Thomas Weber & Cornelia Lund (Hamburg University): „Aesthetics and Politics in the cinema of Göran Hugo Olsson“
– Jouko Aaltonen (Filmmaker, guest of honour): Introductory notes + Q&A
– Jon Bang Carlsen?? (Filmmaker, guest of honour): Introductory notes + Q&A

SATURDAY 5 NOVEMBER

9.15-10.00 environmental issues in European film production
Chair: (Pietari Kääpä (University of Warwick)
–  Birgit Heidsiek (Green Film Shooting):
–  Pietari Kääpä (University of Warwick): “Ecocritical perspectives on material media”

10.00-11.00 Intercultural Scandinavia
Chair: Dagmar Brunow (Linneaus University)
–  Mette Hjort (Copenhagen University): “Capacity Building, Public Values, and Documentary Filmmaking: Successful Twinning in An Arab Comes to Town”
– Niina Oisalo (University of Turku):  » Mapping aural cinematic landscape in How to Pick Berries”
– Anna Mrozewicz (Adam Mickiewicz University, Poznań): “Revisiting the Nordic home metaphor: Polish plumbers and northern specters”

11.00 -11.30 Coffee break

11.30-12.50 history and cultural encounters
Chair: Anders Marklund (Lund University)
– Casper Tybjerg (Copenhagen University): ” 1864, Subjectivity and Fictional Privilege”
–  Frederike Felcht (University of Frankfurt): “The Encounter between Humans and Martians in Holger-Madsen’s Himmelskibet”
– Kimmo Laine (University of Oulu): “Karelian encounters in Wedding in Poetic Karelia”
– Tobias Hochscherf (xx): “The Pagans are more advanced!“: Negotiations of Contemporary Europe in Vikings (Ireland/Canada, 2013- )”

12.50-13.00 Closing: next year’s Colloquium

Asssistant à mandat

Le Service d’Etudes nordiques de l’Université de Mons (UMONS), Belgique, engagera un assistant à mandat pour entrer en fonction en septembre 2017. Le mandat d’assistant consistera, pour moitié, en la rédaction d’une thèse de doctorat au sein du Service d’Etudes nordiques. La seconde moitié sera consacrée à l’enseignement au Département de langues scandinaves de la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’UMONS.

L’appel à candidats paraîtra début 2017.

Contact :

– Hedwig Reuter, chef du Service d’Etudes nordiques : hedwig.reuter@umons.ac.be

– Margrethe Eriksen, chef du Département de langues scandinaves : margrethe.eriksen@umons.ac.be

Master de spécialisation en Sciences du Langage

Dès la rentrée 2016-2017, le Service d’Etudes nordiques de l’Université de Mons organise un Master de spécialisation en Sciences du Langage, option « La communication et le vivre ensemble dans l’espace scandinave ».

Formation de deuxième cycle, ce Master de spécialisation vise à préparer les étudiants à la recherche dans différents domaines des sciences du langage, appliquées à l’espace politique, culturel et linguistique scandinave. Les activités pédagogiques de l’option visent à transmettre aux étudiants une méthodologie de la recherche, notamment en les intégrant dans les activités du Service d’Etudes nordiques et d’autres entités de recherche de l’UMONS. La rédaction d’un mémoire scientifique et la possibilité d’effectuer un stage dans une organisation extérieure à l’Université permettront aux étudiants d’entamer des études personnelles pouvant mener à une thèse de doctorat.

Programme de la formation :

http://portail.umons.ac.be/FR/INFOSSUR/INTRANET/LANGAGE/FORMATIONS/Pages/PDE2015-2016.aspx

Contact : hedwig.reuter@umons.ac.be

Voir aussi : « Bourses, offres d’emplois et de stages »

 

Service d’Etudes nordiques : axes de recherches

Les travaux de recherche du Service d’Etudes nordiques se situent à l’intersection des sciences du langage et de la traduction, en s’attachant principalement aux phénomènes langagiers propres au Danemark, à la Suède et à la Norvège. L’objectif des travaux est d’éclairer ces phénomènes langagiers par des connaissances nouvelles, afin de les intégrer à la pratique traductologique et didactique.

Actuellement, la recherche est organisée en trois axes :

1. Cultures et littératures scandinaves 

  • Histoire, (re)traduction et réception d’œuvres littéraires scandinaves.

Par exemple : étude du rôle de la traduction dans la « vie » d’un classique littéraire (Selma Lagerlöf, Jens Peter Jacobsen, Karin Blixen). Etude de la réception, dans les pays francophones, de la littérature de jeunesse scandinaves. Politique de distribution et traduction (p.ex. le cas du polar scandinave).

  • Traditions culturelles et traduction : études de problèmes culturels ou géo-politiques dans les traductions, adaptations et sous-titrages d’œuvres artistiques et documentaires.

Par exemple : étude des spécificités du mode oral dans la transmission des savoirs, et de leur rapport avec l’écrit (tensions-interactions). Intérêt plus particulier pour le monde scandinave, avec une ouverture vers d’autres contrées dans une perspective comparatiste.

Mots clés : réception, littérature classique, (re)traduction, diffusion, adaptation, oralité.

2. Communication et aménagement linguistique dans les pays scandinaves

  • Analyse quantitative et qualitative du discours (oral ou écrit) sous l’angle de la communication interpersonnelle.
  • Communication inter-scandinave et traduction (analyse de corpus oraux et écrit).
  • Variations linguistiques (dialectes, ethnolectes, sociolectes,…) et traduction/interprétation.
  • Influence de l’anglais dans les langues scandinaves et traduction française.

Mots clés : analyse du discours, analyse conversationnelle, analyse textuelle, sociolinguistique, traductologie

3. Les langues scandinaves : études linguistiques

Analyse de phénomènes grammaticaux dans le but de dégager des éléments utiles à la pratique de la traduction, à la réflexion traductologique, à l’enseignement des langues et de la grammaire aux traducteurs-interprètes.

Quelques pistes de réflexions : problèmes de typologie linguistique en traduction et enseignement de la langue aux traducteurs. Quel type de grammaire faut-il enseigner aux futurs traducteurs/interprètes (modèle de description grammaticale) ?

Mots clés : Typologie linguistique, grammaire contrastive, pragmatique, traduction

CFP : Journal of Northern Studies – Language and Place in Northern Spaces

Journal of Northern Studies – special issue on language and place in northern space

– Call for Paper

logo_journalofnorthernstudies

The Journal of Northern Studies would like to invite you to contribute to a special issue on language and place in northern spaces.

The Journal of Northern Studies is a peer-reviewed academic publication issued twice a year. The journal has a specific focus on human activities in northern spaces, and the articles concentrate on people as cultural beings, people in society and the interaction between people and the northern environment. The contributions represent interdisciplinary and multidisciplinary approaches. The journal is published by Umeå University and Sweden’s northernmost Royal Academy, the Royal Skyttean Society. For further information, see www.jns.org.umu.se/.

This special issue is organized by the research project Naming and Narrating Places: Empowering Sami Traditions and Identities through Popular Place-Making Processes (Edlund & Andersson; The Research Council Formas, no 254–2132–186).

The aim with this special issue is to bring together research illuminating various perspectives on language and place in northern spaces, for example:

Place-names
Linguistic landscapes
Language policy and revitalization
The commodification of language in marketing and tourism

What constitutes northern spaces is dependent on point of view and could in this special issue involve both arctic and subarctic geographical contexts, as well as ideas, conceptions and fantasies of northernness manifested elsewhere.

The papers should not exceed 30,000 characters in size, including spaces (c. 5,000 words). This should not include references and illustrations/maps. The contributions will be submitted to peer review.
Procedure and deadline
If you are interested in participating in this special issue, let us know by e-mail no later than October 1, 2016.

The final papers must bu submitted before May 15, 2017
For complete author instructions, see www.jns.org.umu.se/Instructions_to_authors1_2013.pdf.

Correspondance address:
Olle Sundström, editorial secretary
olle.sundstrom@umu.se

Welcome with your contribution!

Olle Sundström
Editorial secretary
Lars-Erik Edlund
Professor / Scandinavian Languages
Daniel Andersson
Assistant professor / Scandinavian Languages
Journal of Northern Studies
Umeå University, SE-901 87 Umeå, Sweden

Call for Application : The Snorri Sturluson Icelandic Fellowships

The Snorri Sturluson Icelandic Fellowships

– Call for Applications 2017

arnimagnussoninsti_logo

The Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies invites applications for the Snorri Sturluson Icelandic Fellowships for 2017. The Fellowships are granted to writers, translators and scholars (not to university students) in the field of humanities from outside Iceland, to enable them to stay in Iceland for a period of at least three months, in order to improve their knowledge of the Icelandic language, culture and society.

The amount of the Fellowships is based in principle on travel expenses to and from Iceland, plus living expenses while in the country. Should two equally-qualified candidates be under consideration, preference will, as a rule, be given to a candidate from Eastern or Southern Europe, Asia, Africa, Latin America or Oceania.

The Árni Magnússonar Institute for Icelandic Studies assists Fellows during their stay in Iceland, at the conclusion of which Fellows are expected to submit a report to the Institute on how the grant was spent.

There is no special application form for the Fellowships. Applicants should submit a brief but thorough account of the purpose of their stay in Iceland, specifying period of stay, as well as details of education and publications.

Further information at: www.arnastofnun.is/english

Applications should be sent by ordinary mail (no e-mail application) no later than 31 October 2016 to:

The Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies

The Sigurður  Nordal Office
P.O.Box 1220
121 Reykjavík
Iceland

Appel à communication : 2e congrès de l’association pour les études nordiques

IIe Congrès de l’Association pour les Études Nordiques (APEN)

15-16 juin 2017

Université de Caen Normandie

Le IIe Congrès de l’Association pour les Études Nordiques sera organisé à Caen les 15 et 16 juin 2017 par le Département d’études nordiques de l’Université de Caen Normandie et l’Office franco-norvégien d’échanges et de coopération (OFNEC) avec les unités de recherche ERLIS, CRISCO et CRAHAM. Cet événement aura la vocation de fédérer les chercheurs et les doctorants issus de disciplines, d’institutions et de pays divers afin de constituer un point de convergence respectant et renforçant la richesse des approches utilisées dans le domaine des études nordiques. Le comité d’organisation sollicite ainsi les communications et panels provenant de disciplines et traditions variées, sans distinction quant aux sujets ou périodes abordés, le mérite scientifique constituant le seul critère de sélection.

Il souhaite cependant mettre en valeur plusieurs pistes et problématiques pouvant inspirer les propositions de communication ou de panel si les participants le souhaitent :

  • Echanges, transferts et circulations : Au début de la période viking, les relations entre les différentes régions nordiques étaient déjà importantes, mais on observe aussi dès lors une intensification des rapports avec le reste de l’Europe et, notamment, la France, qui s’accentuera au fil des siècles. Ainsi, comment les personnes, les objets, les idées, les pratiques ou encore les textes ont-ils circulé dans l’espace nordique et au-delà de ses limites ? Selon quels processus d’échanges et de transferts ces mouvements se sont-ils réalisés ? Pour cet axe, nous retiendrons plus particulièrement l’attention des spécialistes du Moyen Âge, bien que ceux travaillant sur les périodes ultérieures soient aussi invités à réfléchir à ces questions.
  • Géographies de l’espace nordique : L’espace nordique et les pays le composant ne constituent pas une donnée immuable, mais une construction culturelle et historique qui connaît des extensions variables dans le temps. Comment le « nord » a-t-il évolué dans le temps ? Comment et pour quelles raisons ses frontières réelles ou imaginaires ont-elles été déplacées, et comment ces processus se sont-ils reflétés dans les différents domaines (économie, politique, littérature…) ? Comment les échanges avec la France et les autres pays ont-ils contribué à façonner l’espace nordique, ses frontières et son imaginaire ?
  • Contacts, contrastes et interactions entre les langues : L’espace nordique forme un point de rencontre linguistique, marqué à la fois par la grande proximité structurelle entre les langues scandinaves et la diversité des langues issues de familles différentes, par-delà ou au sein même des frontières étatiques. Quelles similitudes peut-on identifier dans la structure ou la pratique de langues typologiquement éloignées ; quelles différences entre des langues mutuellement intelligibles ? Par quelles dynamiques linguistiques ou sociales peut-on les expliquer ? Quelles formes l’intercompréhension, ou la barrière de la langue, prend-elle en situations quotidiennes, institutionnelles ou d’enseignement ?
  • L’Enseignement du français et des langues nordiques comme langues étrangères : La complexité de l’acquisition d’une langue étrangère tient en partie aux décalages entre les propriétés des langues connues et la langue à apprendre. La problématique du transfert linguistique est bien connue des enseignants de langue et des spécialistes de l’acquisition, mais quelles données utiliser pour étudier, plus spécifiquement, les productions en français langue seconde des apprenants nordiques, et inversement ? Comment ces études peuvent-elles faire avancer la compréhension théorique de l’acquisition et construire de nouvelles modalités de soutien à l’apprentissage ?
  • Modèle(s) nordique(s) / Constructions identitaires  La fin de la Guerre froide, l’extension de l’UE et la globalisation ont profondément changé le contexte géopolitique et économique des pays nordiques, vidant certaines politiques d’hier de leur substance. Qu’en est-il aujourd’hui de la « troisième voie » incarnée par la Suède ? L’État-providence est-il une option politique viable dans les pays nordiques, ou est-il uniquement un objet de nostalgie instrumentalisé par la droite populiste ? Existe-t-il une tension entre une ouverture sur un modèle social multiculturel et un retour vers une conception ethnique et exclusive de la citoyenneté ? Comment se négocie l’identité nordique — ou comment s’est-elle négociée durant les différentes périodes — entre l’ouverture et le repli, l’avenir et le présent, l’histoire et le mythe ?
  • Modernités littéraires et artistiques : « La percée moderne » a non seulement propulsé des écrivains nordiques vers une renommée mondiale, mais elle a aussi contribué à l’émergence d’un champ nordique où la littérature et les arts ont acquis de nouvelles fonctions au sein de la société. Comment cette histoire nous apparaît-elle aujourd’hui, dans ses prolongations ou discontinuités, dans ses moments de gloire passée et dans ses recoins obscurs ?
  • Imaginaires de la nature : L’imaginaire du nord semble être marqué de manière indélébile par une nature intacte, alors que les pays nordiques connaissent des problèmes liés à l’exploitation de l’environnement et à la finitude des ressources qui demandent de plus en plus d’attention. Comment cet imaginaire de la nature a-t-il historiquement évolué, et comment se transforme-t-il aujourd’hui ? Quels modèles – urbanistiques, sociaux, économiques, artistiques – pour un développement durable peut-on trouver dans les pays nordiques ?

Les propositions de communication ou de panel (de trois ou six communications) devront être envoyées à l’adresse APEN2017@unicaen.fr avant le 31 janvier 2017 Une proposition de communication devra contenir max. 300 mots, suivis d’une notice biographique et bibliographique de l’auteur de max. 200 mots. Une proposition de panel doit contenir un résumé de max. 200 mots de la problématique commune du panel et les résumés de max. 300 mots pour chaque communication, suivis d’une notice biographique et bibliographique de max. 200 mots pour chaque auteur. La langue de communication du congrès sera le français. Droits d’inscription : 25 euros (gratuit pour les membres de l’APEN).

Comité d’organisation : Annelie Jarl Ireman (UNICAEN), Simon Lebouteiller (UNICAEN), Christian Bank Pedersen (UNICAEN), Rea Peltola (UNICAEN), Jørn Riseth (UNICAEN), Laurence Rogations (Université Paris-Sorbonne), Hanna Steinunn Thorleifsdóttir (UNICAEN), Harri Veivo (UNICAEN) et Lise Vigier (UNICAEN)

Comité scientifique : Yohann Aucante (EHESS), Pierre Bauduin (UNICAEN), Nathalie Blanc-Noël (Université de Bordeaux), Annie Bourguignon (Université de Lorraine), Sylvain Briens (Université Paris-Sorbonne), Vincent Carpentier (UNICAEN), Outi Duvallon (INALCO), François Emion (Université Paris-Sorbonne), Nelly Foucher Stenkløv (NTNU Trondheim, OFNEC), Karl Gadelii (Université Paris-Sorbonne), Frédérique Harry (Université Paris-Sorbonne), Thomas Mohnike (Université de Strasbourg), Karin Ridell (Université de Strasbourg), Arnaud Stimec (Sciences Po Rennes – Antenne de Caen), Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute Alsace – Mulhouse), Harri Veivo (UNICAEN)

Site du congrès : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/3956

Parution : Voyage à chat, d’Ivar Arosenius

La maison d’édition associative Au nord les étoiles, fondée en octobre 2015, a publié cet été son premier ouvrage :

Voyage à chat, d’Ivar Arosenius, traduit par Marie-Hélène Archambeaud

Publié en 1909, ce récit en vers illustré est un classique suédois, publié pour la première fois en français. Sur un rythme de comptine, Voyage à chat raconte les aventures extraordinaires de la petite Lilla : à dos de chat, elle va rencontrer toutes sortes d’animaux, un policier, une jolie dame, un vilain monsieur et même un roi !
chat
Ivar Arosenius (1878-1909) est un peintre, écrivain et illustrateur suédois. Voyage à chat est un classique de la littérature enfantine suédoise, publié pour la première fois en français. Marie-Hélène Archambeaud, poète et traductrice,vit et travaille à Paris.

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide du Conseil national de la Culture (Kulturrådet) en Suède.

Pages : 32
Format : 21 x 14 cm
ISBN : 978 – 2 – 9557668 – 0 – 4
Prix : 12 euros

Avec le soutien de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

Logo-BSG-NB[1]

contact@aunordlesetoiles.com et http://www.aunordlesetoiles.com/contact/

La maison d’édition

CFP : Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècles) : de l’invention de l’imprimerie à celle de la photographie

Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) du 14 au 17 juin 2017

colloque organisé par LIS (EA 7305 – Université de Lorraine – Nancy) Écritures (EA 3943 – Université de Lorraine – Metz) LUHCIE (EA 7421 – Université Grenoble Alpes) Imaginaire Nord (Université du Québec à Montréal)

Pourquoi, à la lecture des récits de voyage illustrés dans les Alpes, dans le « Grand Nord » (Arctique, Nord de l’Amérique, Scandinavie) ou encore en Sibérie, a-t-on le sentiment d’une parenté aussi diffuse et mystérieuse qu’évidente ? Dans ce genre d’ouvrage bien particulier, propice à la diffusion des représentations de réalités « exotiques », les textes et les images nous donnent le sentiment d’un univers à la fois proche et lointain, familier et déroutant : celui des pays froids.

La notion de « pays froid » (régions voisines des pôles, haute montagne, pays à hiver long et rigoureux, etc.) a émergé à partir des recherches menées, dans les années 1960, par le géographe et linguiste québécois Louis-Edmond Hamelin: elles l’ont conduit à proposer les concepts de « nordicité », d’« hivernité » et de « montagnité » pour souligner la continuité de représentation entre les paysages à première vue géographiquement hétérogènes que sont ceux du Nord (et du Sud antarctique), de la haute montagne, ainsi que les paysages hivernaux. Une telle continuité avait d’ailleurs été pressentie bien longtemps auparavant par nombre d’artistes et de voyageurs. Dès la Renaissance, Brueghel, dans ses paysages d’hiver, en avait conscience, de même que Windham et Bourrit en voyage à Chamonix au siècle des Lumières. En 1861, Xavier Marmier compare encore la mer de Glace au Spitzberg ou à la Nouvelle-Zemble. Jean-Jacques Ampère constate pour sa part, lors de sa traversée de la Norvège et de la Suède au cours de l’été 1827, qu’« [e]n s’élevant, on trouve toujours l’analogue des régions situées plus au Nord ». Ne craignons pas les anagrammes : pour nombre de ces voyageurs, latitude et altitude sont aisément interchangeables.

L’Antarctique mis à part – mais son exploration est tardive –, les « pays froids » représentent pour le monde occidental un ailleurs à portée de main, somme toute très voisin et duquel il participe souvent : « lumières du Nord » venues de Russie et de Suède à partir de l’âge classique ; hivers rigoureux d’Europe centrale et orientale ou d’Amérique septentrionale ; Grand Nord, terre de conquête et, à l’occasion, source identitaire. Cet ailleurs glacé reste toutefois très longtemps méconnu : rares sont les voyageurs qui s’aventurent au nord du cercle polaire arctique avant le XVIIIe siècle – chez les écrivains, Regnard reste l’exception avec son voyage en Laponie de 1681. Quant aux Alpes, on sait le peu d’intérêt qu’elles suscitent avant le « petit âge glaciaire » (Emmanuel Le Roy Ladurie) et leur entrée en littérature, de Haller (1729) à Rousseau (1761). Pourtant, ces contrées « qui touche[nt] aux confins de la terre vivante » (Mme de Staël), leurs paysages dignes d’un éternel hiver, leurs habitants aux mœurs étranges, leurs mythes, n’ont cessé d’exercer sur les Européens une fascination sans égale, de la Thulé des Anciens aux terres australes entrevues par Arthur Gordon Pym, en passant par la « fureur des Normands », les bains russes ou les dragons alpins.

Depuis les recherches menées par B. Stafford, entre autres, l’intérêt des récits de voyage illustrés n’est plus à démontrer pour qui s’intéresse aux relations entre le texte et l’image. En effet, l’apparition de l’imprimerie favorise dans l’Europe moderne le développement et la diffusion, rapidement phénoménaux, des représentations des pays lointains, en particulier sous la forme de cartes, de cosmographies et de récits de voyages accompagnés d’illustrations. Dans ces ouvrages qui resteront, jusqu’au XIXe siècle, d’incomparables instruments de savoir, les images entretiennent avec les textes des rapports qui s’échelonnent, selon les âges, de la complémentarité à la rivalité franche, de la connivence à l’indifférence. Elles sont aussi de nos jours une source inappréciable pour comprendre la manière dont les Européens, avant l’invention de la photographie, (se) représentent ce qui est différent – fût-il simplement situé aux marges de leur continent – et pour explorer les systèmes sur lesquels se fondent ces représentations. Au-delà de celles-ci, les images permettent enfin d’interroger ce qui se passe dans l’acte de restitution : peut-on – et si oui comment – rendre compte d’un climat ou d’une condition climatique ?

Les récits de voyages illustrés aux pays froids offrent du coup un champ d’investigation particulièrement riche, que l’on se propose d’explorer de manière méthodique, au sein d’un cadre précis.

D’un point de vue chronologique, on limitera le corpus aux ouvrages imprimés antérieurs à la photographie, dont l’apparition suscite de nouveaux enjeux et de nouvelles problématiques.

Le domaine géographique sera en revanche d’une délimitation infiniment plus complexe : où se trouvent les pays froids ? Au Nord à coup sûr, si l’on envisage les régions situées à proximité du cercle polaire arctique, mais il ne faut pas oublier d’autres contrées, plus éloignées du pôle : la Prusse par exemple, où « commence réellement la nature du Nord » (Ampère) ; l’Écosse de Nodier ou Stevenson ; la Russie et la Sibérie, situées tantôt au Nord, tantôt en Orient, selon les époques et les voyageurs ; le Canada, dont les interminables hivers déconcertaient en son temps Jacques Cartier… Et que dire des montagnes, en particulier de ces Alpes où Bourrit voit, entre France et Italie, se réunir « les horreurs des deux pôles » ? On ne négligera pas non plus la présence du froid dans des contrées plus tempérées, mais où les hivers peuvent de temps à autre se révéler rigoureux, comme dans la nouvelle région Grand Est, dont ils sont un incontestable trait identitaire. Quant à l’Antarctique, ce « Nord du Sud », et aux terres qui y confinent, ils pourraient, en dépit de leur découverte tardive, fournir des indications intéressantes sur la fin de la période envisagée.

Au sein du corpus ainsi délimité, les communications s’inscriront dans l’un ou plusieurs des axes suivants :

– Approches et méthodologies de recherche pour une typologie des ouvrages sur lesquels portera l’enquête : cosmographies, récits d’exploration, recueils de curiosités, ouvrages à vocation scientifique ou pédagogique, guides de voyage montrent des différences notables dans le dialogue qu’y établissent l’image et le texte ; on pourra aussi s’attacher aux spécificités de la cartographie, que les cartes soient ou non attachées à des ensembles plus vastes.

– Imaginaires du froid :

– Le paysage de « pays froid » : la neige (de la tempête à l’étendue blanche), la glace (du glacier à l’iceberg), la végétation (de la forêt au lichen) ; on s’intéressera au rapport complexe entretenu par les Occidentaux avec ces paysages (les montagnes en particulier) jusqu’au milieu du XVIIIe siècle et aux substrats qui président à leur représentation (mythes et légendes, interdits religieux, préjugés esthétiques, entre autres). Outre les paysages naturels, on n’oubliera pas de s’intéresser aux paysages urbains.

– Les « habitants » du Nord (hommes et animaux) : de la réalité au fantasme (monstres, barbares), la rencontre d’une altérité culturelle dont les traits sont ou non envisagés en relation inversée avec les habitants des terres chaudes conquises au même moment…

– L’écrivain-voyageur et le froid :

– Voyager dans les pays froids : le corps du voyageur aux prises avec le froid, les vêtements, les moyens de transport, les difficultés de parcours…
– Les observations sur le froid dans les voyages à vocation scientifique : mesures et questions, mises en forme visuelles.
– La dimension spirituelle des « pays froids » : l’illustration des récits de mission qui s’y déroulent ; religion et mystique ; prosélytisme et/ou ascèse du froid ; parcours prenant la forme d’une anabase (Sibérie) ou d’une catabase (Islande).
– Rendre compte du froid par la plume ou le pinceau : une modalité créative ? en quoi ?

Ce colloque présentera donc une série d’intérêts variés pour ses participants. Il permettra en premier lieu de faire le point sur les recherches consacrées aux représentations imagées du Nord et des pays froids, dans leur variété géographique et historique, de définir des cohérences entre des espaces à première vue hétérogènes, et d’établir un premier recensement des sources en la matière, qui pourrait à terme déboucher sur la constitution de corpus littéraires et iconographiques consacrés à la représentation des pays froids.

Il offrira en outre l’occasion d’un dialogue entre des chercheurs de différents pays et de différentes disciplines (littérature, histoire, histoire de l’art, géographie, etc.), qui travaillent souvent sans avoir conscience de la proximité de leurs centres d’intérêt. De ce dialogue pourrait naître une collaboration fructueuse, au plan national et international, entre différentes équipes de recherche interdisciplinaires, en vue de mettre en place plusieurs développements possibles en fonction de leurs intérêts respectifs : séminaires de recherche, publications, constitution de bases de données avec transfert de technologie, entre autres.

Il pourrait par ailleurs être l’occasion de mettre en valeur les fonds patrimoniaux en la matière présents en Lorraine, sous la forme d’enquêtes, d’inventaires, et surtout d’une grande exposition bibliophilique.

Il fournira enfin la possibilité d’un partage de compétences technologiques, susceptible de déboucher sur la mise en réseau des centres de ressources en la matière et la confection d’outils de recherche sur des supports différents, facilement accessibles aux chercheurs et au grand public.

***

Comité d’organisation

– Gilles BERTRAND (Laboratoire Universitaire Histoire Culture(s) Italie Europe et Institut Universitaire de France – Université Grenoble Alpes)
– Daniel CHARTIER (Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique et Laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord – Université du Québec à Montréal)
– Matthieu FREYHEIT (Littératures Imaginaire Sociétés – Université de Lorraine)
– Alain GUYOT (Littératures Imaginaire Sociétés – Université de Lorraine)
– Marie MOSSÉ (Littératures Imaginaire Sociétés – Université de Lorraine)
– Anne-Élisabeth SPICA (Écritures – Université de Lorraine)

Comité scientifique
– Philippe ANTOINE (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand)
– Sylvie CAMET (Université de Lorraine)
– Béatrice COLLIGNON (Université Bordeaux Montaigne)
– Claude HAUSER (Université de Fribourg)
– Fabienne JOLIET (Université d’Angers)
– Roland LE HUENEN (Université de Toronto)
– Ségolène LE MEN (Université Paris Ouest)
– Francine-Dominique LIECHTENHAN (CNRS)
– François MOUREAU (Université Paris Sorbonne)
– Alexandre STROEV (Université Paris Sorbonne Nouvelle)
– Trung TRAN (Université Paul Valéry – Montpellier)
– Hélène VEDRINE (Université Paris Sorbonne)

Modalités d’inscription

Propositions de communication :
Langues du colloque : français et anglais.
Toute proposition devra comporter:
– le titre et le résumé de la proposition (± 1 000 signes espaces compris) en format word .doc),
– une courte notice bio-bibliographique faisant apparaître en particulier
– la discipline scientifique à laquelle appartient l’auteur de la proposition,  son établissement et son laboratoire de rattachement,
– son adresse électronique.

– Elle sera adressée conjointement à alain.guyot@univ-lorraine.fr, anne-elisabeth.spica@univ-lorraine.fr, matthieu.freyheit@univ-lorraine.fr, marie.mosse@univ-lorraine.fr.
Date limite d’envoi : 1er novembre 2016.

L’ensemble des propositions seront soumises au comité scientifique pour évaluation et sélection : la réponse sera adressée aux participants début 2017.
– Le comité accordera un intérêt tout particulier aux propositions définissant une approche vaste et problématisée du sujet.
– La durée de chaque communication ne pourra excéder 30 minutes

Droits d’inscription :
– Tarif normal : 45 €
– Tarif réduit (étudiants non salariés) : 20€

Frais de transport et d’hébergement : à la charge des participants.

Informations et contacts
Les informations concernant le colloque seront données par l’intermédiaire d’un site internet (en construction) qui sera régulièrement mis à jour et indiquera en particulier le plan des lieux et toutes les informations nécessaires pour rejoindre l’abbaye.