CURRENT CALL FOR PAPERS : ROMANTIK – : Journal for the Study of Romanticisms, vol. 6

ROMANTIK: Journal for the Study of Romanticisms, vol. 6

CURRENT CALL FOR PAPERS

The forthcoming issue welcome all article submissions that fit within the general scope of the journal. For submission guidelines, see  http://www.romantikstudier.dk/da/romantik/

DEADLINE: 1 March 2017 (full articles)

Questions and article suggestions based on abstracts may be directed to Robert W. Rix (rjrix@hum.ku.dk).

Journal information

Romantik : Journal for the Study of Romanticisms is the annual journal of the Nordic Association of Romantic Studies. Romantik is a multi-disciplinary journal dedicated to the study of romantic modes of thought. The articles, employing the English language, range over the full variety of cultural practices, including the written word, visual arts, history, philosophy, religion, and theatre during the romantic period (c. 1780-1840). But we also welcome contributions to the discussion of pre- or post-romantic representations. Since the romantic era was characterized by an emphasis on the vernacular, the title of journal has been chosen to reflect the Germanic root of the word. We emphasize that the journal is interested in all European romanticisms – and not least the connections and disconnections between them – hence, the use of the plural in the subtitle. Romantik is a double blind peer-reviewed journal, published once a year. The journal promotes innovative research across disciplinary borders. It aims to advance new historical discoveries, forward-looking theoretical insights and cutting-edge methodological approaches. The journal will occasionally send out calls for papers on a particular theme. The articles will be collected in thematic’special issues’ that are intended to provide a space for focused attention on a current, developing or important area of study. Each issue contains a review section, where we draw special attention to works published in the Nordic countries, as well as exhibitions with relevance to Romanticism.

Editors (2016) :
Robert W. Rix, Copenhagen University (Main editorial contact)
Karina Lykke Grand, Aarhus University
Lis Møller, Aarhus University
Anna Lena Sandberg, University of Copenhagen
Knut Ljøgodt, Northern Norway Art Museum, Tromsø (Nordic guest editor, vol. 05, 2016)
Cian Duffy, Lund University
Elisabeth Oxfeldt, University of Oslo
Thor Mednick, Toledo University
Ilona Pikkanen, Tampere University

Advisory Board :
Charles Armstrong, University of Bergen
Jacob Bøggild, University of Southern Denmark, Odense
David Fairer, University of Leeds
Karin Hoff, Georg-August- Universität Göttingen
Stephan Michael Schröder, University of Cologne
David Jackson, University of Leeds
Christoph Bode, LMU München
Carmen Casaliggi, Cardiff Metropolitan University
Gunilla Hermansson, University of Gothenburg

 

Call for papers : Old Norse Myth and völkisch Ideology

CALL FOR PAPERS—Deadline January 31, 2017

Old Norse Myth and völkisch Ideology

September 6 – 8, 2017

Abstract: Myth has long been an object of scrutiny for scholars of Old Norse language, literature and culture. For many of our forebears, myth, because it dealt with Odin and co., gave access to the pre-Christian religion and so represented an important tool to recover the ancient Germanic worldview, social structure, or mentalité. Such a project, however, poses at least three problems. First, it implies an essentialization of the category through a definition in terms of contents; second, it disregards the historical context of the texts themselves; third, it opens the door to the projection of one’s fancy on what is – historically speaking – essentially a blank slate.

Filling in the gaps in such a way amounts to little else than ideological work. Interestingly, a number of scholars beginning with Roland Barthes have sought to re-conceptualize myth as a variety of ideology. Drawing from these insights, the proposed conference will pursue two aims. The first will be to evaluate critically specific scholarly productions on Old Norse myth focusing on the subtexts embedded within them (For an example of such critical work, see B. Lincoln, “Rewriting the German War God”, History of Religions, 37 (1998), pp. 187-208). The second will be to focus on contemporary uses of Old Norse myths outside the Academy, whether in literature (e.g. J.R.R. Tolkien, George R.R. Martin) or in new religious movements (e.g. Ásatrú, Heathenry). The aim of the conference is thus to create a wide-ranging, critical discussion on the political dimension of Old Norse myth in academic and popular contexts.

Topics to be considered (examples):

  • Ideological subtexts in scholarship on Old Norse myth
  • The völkisch context of scholarly production on Old Norse myth
  • Uses of Old Norse myth in contemporary literature
  • Old Norse myth in new religious movements

Call for papers: In order to encourage young scholars to participate, we invite submissions from graduate and post-doctoral students in the field on Old Norse studies, religious studies, medieval history, textual/literary studies.
Abstracts of no longer than 300 words, along with a CV, should be sent before January 31, 2017 to: lukas.roesli@unibas.ch and/or nicolas.meylan.2@unil.ch

General information: The conference will be held at Landgut Castelen, Giebenacherstrasse 9, 4302 Augst, Switzerland. Keynote speakers will be given 45 minutes; other speakers will be given 30 minutes each. Every presentation will be followed by a 15-minute discussion.

Keynote Speakers: Confirmed keynote speakers are Prof. Ingrid Tomkowiak (University of Zürich, Institut für Sozialanthropologie und Empirische Kulturwissenschaft), Prof Julia Zernack (Goethe Universität Frankfurt a.M., Institut für Skandinavistik), and Prof. Horst Junginger (Universität Leipzig, Dept. for the Study of Religion).

Information/Contact: lukas.roesli@unibas.ch; nicolas.meylan.2@unil.ch

There will be no registration fees.

Le(s) Nord de Xavier Marmier : Programme de la première journée, Paris, 18 novembre 2016

 

Le(s) Nord de Xavier Marmier

Programme de la première journée,

Paris, 18 novembre 2016

 

Sorbonne salle J636 (troisième étage de l’escalier G, dit escalier de la Présidence ; accès par le 1 rue Victor Cousin ou par le 54 rue Saint-Jacques)

 

9h00 : Accueil des participants et du public

9h15: Alessandra Orlandini Carcreff (docteure de l’Université Paris-Sorbonne) : « La Finlande de Xavier Marmier »

9h45 : Alain Guyot (Université de Lorraine) : « L’impossible Nord de Xavier Marmier »

10h30 – 11h : Pause café

11h15 : Margot Damiens (Université Paris-Sorbonne et Université Ernst-Moritz-Arndt de Greifswald) : « Xavier Marmier et l’imagerie allemande dans les récits de voyage sur le Nord »

11h45 : Anne Marle Kolle (Université Paris-Sorbonne) : « Un aspect des romantismes de Xavier Marmier et Ludwig Tieck : un même message politico-religieux au regard de l’Histoire »

12h30 – 14h : Déjeuner

14h15 : Marie Mossé (Université de Lorraine et Université du Québec à Montréal) : « Le cratère et la fleur : destinées littéraires de l’Islande dans les récits de voyage de Xavier Marmier et de ses héritiers »

14h45 : Tristan Mauffrey (Université Paris-Diderot) : « Une idée du Nord empreinte d’hellénisme : la référence grecque dans le regard porté par Xavier Marmier sur la littérature islandaise »

15h30 – 16h00 : Pause café

16h15 : Gaëlle Reneteaud-Metzger (Université Paris-Sorbonne) : « Le paradoxe de la lumière du Nord dans l’œuvre de Xavier Marmier »

16h45 : Discussion et fin de la 1ère journée

 

La deuxième journée se tiendra à Lausanne le 31 mars 2017

Renseignements : gaelle.reneteaud@gmail.com et cyrille.francois@unil.ch

 

Avec le soutien de :

-L’EA 5356 REIGENN

-L’Université Paris IV Paris-Sorbonne

-L’Université de Lausanne (EFLE et Centre de traduction littéraire)

-L’UFR d’Études Germaniques et Nordiques, Paris IV Paris-Sorbonne

-L’UFR de Littératures Comparées, Paris IV Paris-Sorbonne

Deshima, revue d’histoire globale des pays du Nord

Le(s) Nord de Xavier Marmier

Le(s) Nord de Xavier Marmier

 

Appel à contribution

Colloque : vendredi 18 novembre 2016 à Paris et vendredi 31 mars 2017 à Lausanne

Propositions à envoyer avant le : 31 juillet 2016

Organisation :    Université de Paris-Sorbonne (EA 3556 REIGENN et UFR d’études germaniques et nordiques) & Université de Lausanne

 

Homme de lettres et grand voyageur, Xavier Marmier (1808-1892) a joué un rôle majeur d’intermédiaire entre la France et les aires culturelles septentrionales. Ses nombreux articles et ouvrages ont contribué à mieux faire connaître la géographie, l’histoire et la culture des pays du Nord (Islande, Féroé, Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Pays-Bas, Allemagne) en France, ainsi que dans d’autres pays d’Europe où étaient traduites ses études.

Ses voyages commencent en Allemagne, avec un premier séjour en 1831. Il publie des articles dans différentes revues littéraires comme la Revue Germanique, la Revue de Paris ou la Revue des deux mondes, incarnant « plus encore qu’Ampère ou Bonstetten un rêve romantique-philologue du Nord germanique et scandinave »[1]. C’est son intérêt pour les cultures étrangères qui le pousse à devenir traducteur d’auteurs allemands et critique littéraire. La bonne réception de son étude sur Goethe[2] et d’articles sur les mœurs, les institutions, le folklore, l’histoire et la littérature allemande, lui permet de participer à l’expédition de La Recherche sur les mers du Nord. Il est chargé par l’Académie française d’étudier les sagas et de recueillir tous les documents possibles sur les traditions, la littérature, l’histoire et les mœurs des Islandais.

La cohérence et l’ampleur de son travail intellectuel font de lui un des pionniers de la littérature comparée en France : « en un temps où dominait encore en France un sentiment de supériorité culturelle établi depuis la Renaissance et que les tensions de la période révolutionnaire avait encore conforté, Xavier Marmier fut l’un des plus ardents défenseurs de l’idée d’une nécessaire ouverture vers les littératures étrangères »[3]. Il a également fait partie de ce que l’on pourrait appeler les précurseurs de l’anthropologie et de l’ethnologie moderne. A la suite de sa première expédition en Islande, il a souligné la nécessité de voyager et de vivre parmi les peuples dont on étudie l’histoire et la littérature : « il est vrai cependant que j’aurais pu trouver, à Paris, à la Bibliothèque du Roi, une grande partie des trésors poétiques que j’allais chercher si loin […]. Mais c’est une chose importante de voir le pays dont on étudie l’histoire, de vivre parmi les hommes dont on veut connaître la langue. Il y a entre la poésie d’un peuple et la terre qu’il habite, et la nature qui l’entoure, et le ciel sous lequel il vit, une alliance intime, alliance que peu de livres révèlent, et qu’il faut avoir observée sur les lieux mêmes pour bien la sentir »[4].

Son travail, témoignage des nouveaux intérêts de son époque, est d’autant plus intéressant à étudier qu’il marque le début des grandes explorations scientifiques. Par ses nombreux récits de voyage et recueils de lettres, Xavier Marmier fait découvrir en France des pays du Nord encore mal connus : « après les laborieuses explorations du siècle passé et du siècle actuel, nous en sommes encore, à l’égard des contrées septentrionales, à peu près au même point de vue que nos ancêtres »[5]. La publication de Chants populaires du Nord est un exemple « de la façon dont le déterminisme fondé sur la théorie des climats de Montesquieu et articulé sur l’opposition Nord-Sud opère un élargissement vers ce qui était encore la périphérie exotique de l’Europe »[6]. En effet, dès l’introduction Marmier s’attachait à montrer la permanence culturelle du Nord, en particulier poétique, malgré la rigueur du climat qui augmentait à mesure de l’avancement vers les terres situées à la longitude du cercle polaire.

Son œuvre est très variée : on y trouve, en plus des récits de voyage, des œuvres d’histoire[7], des essais et des romans[8], des traductions de pièces de théâtre[9] et de contes[10], ainsi que de la poésie[11]. Si ses travaux sur les littératures étrangères et ses récits lui avaient valu d’être élu à l’Académie française le 19 mai 1870, il est surtout considéré de nos jours comme l’un des premiers à faire connaître en France la littérature scandinave et germanique.

Nombre de chercheurs issus de disciplines différentes se réfèrent encore aujourd’hui aux travaux de ce pionnier des études germaniques et nordiques. Il représente donc un objet d’étude idéal dans le cadre d’un colloque interdisciplinaire réunissant des travaux de chercheurs de tout bord : histoire, géographie, littérature, philologie, culture, etc. Ce sera l’occasion d’étudier l’image que Marmier donne du Nord et de la confronter aux travaux de chercheurs contemporains. Les organisateurs font appel à des communications portant sur les territoires du Nord parcourus par Marmier, parmi lesquels l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, la Norvège, l’Islande, et le Groenland. On analysera entre autres l’activité de traducteur de Marmier, ses histoires littéraires, la relation avec les travaux de ses prédécesseurs (Paul-Henri Mallet notamment) et sa postérité.

Le colloque donnera lieu en 2018 à la publication d’un numéro collectif dans la revue Deshima.

Merci d’envoyer vos propositions (200 mots) accompagnées d’une courte notice biobibliographique avant le 31 juillet 2016 à Gaëlle Reneteaud-Metzger (gaelle.reneteaud@gmail.com) et Cyrille François (cyrille.francois@unil.ch). Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et réparties à Lausanne ou à Paris selon les regroupements thématiques.

Comité scientifique

Bernard Banoun (Université de Paris-Sorbonne)

Thomas Beaufils (Université de Lille 3)

Sylvain Briens (Université de Paris-Sorbonne)

Jérôme David (Université de Genève)

Martine Hennard Dutheil (Université de Lausanne)

Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

Marthe Segrestin (Université de Paris-Sorbonne)

Irene Weber Henking (Université de Lausanne)

Organisation : Gaëlle Reneteaud-Metzger (Université de Paris-Sorbonne) et Cyrille François (Université de Lausanne)

[1] Michel Espagne, « Le moment allemand dans l’étude française des pays du Nord », Michel Espagne, 2006, Tusson, Le prisme du Nord. Pays du Nord, France, Allemagne (1750-1920), édition Du Lérot, p.197.

[2] Xavier Marmier, 1835, Etude sur Goethe, Paris, édition F.G. Levrault.

[3] Maria Walecka-Garbalinska, « Du décentrement au désenchantement, Xavier Marmier et les origines du comparatisme français », Christian Benne, Svend Erik Larsen, Morten Nøjgaard et Lars Ole Sauerberg, 2013, Orbis Litterarum, Volume 68, p.1.

[4] Xavier Marmier, 1855 (quatrième édition), Lettres sur l’Islande et poésies, Paris, édition Arthus Bertrand, Préface, pp.XV-XVI. Première édition parue en 1837 chez Félix Bonnaire.

[5] Xavier Marmier, Lettres sur le Nord, Paris, Delloye, 1840, Tome 1 préface, pp.V-VI.

[6] Maria Walecka-Garbalinska, « Du décentrement au désenchantement, Xavier Marmier et les origines du comparatisme français », Christian Benne, Svend Erik Larsen, Morten Nøjgaard et Lars Ole Sauerberg, 2013, Orbis Litterarum, Volume 68, p.7.

[7] Histoire de la Scandinavie : Danemarck, Suède et Norvége, 1840, Paris, édition Bertrand et Histoires allemandes et scandinaves, 1891, Paris, édition Calmann Lévy.

[8] Les fiancés de Spitzberg et Gazida qui sont récompensés par l’Académie française.

[9] Théâtre choisi de Oehlenschlæger et de Holberg, 1881, Paris, édition Didier.

[10] Contes fantastiques d’Hoffmann, 1858, Paris, édition Charpentier.

[11] Son premier recueil s’intitule Nouvelles Esquisses, 1831, Vesoul, édition Zaepffel.

Exposition OFNEC/LVE La Tapisserie de Rollon – Du 18 au 24 mars 2016

L’Office Franco-Norvégien d’Échanges et de Coopération présente en partenariat avec la bibliothèque des Langues vivantes étrangères et l’association « la Tapisserie de Rollon » :

La Tapisserie de Rollon, le récit brodé de la vie de Rollon, le chef Viking qui fonda la Normandie

L’exposition a lieu du 18 au 24 mars 2006

Campus 1- Bâtiment G Bibliothèque LVE Université de Caen Normandie

Expo-Rollon-Conf

Source:

OFNEC

Université de Caen Normandie
CARRÉ INTERNATIONAL
bâtiment I – bureau Li 155
Esplanade de la Paix – CS 14032 – 14032 CAEN cedex 5 – France

Tél. + 33 (0)2 31 56 64 82
www.unicaen.fr

Programme du colloque : Transformations des cultures dans la région nordique Fin du 20e siècle – début du 21e

Transformations des cultures dans la région nordique

Fin du 20e siècle – début du 21e

Colloque international

Organisé par : Département d’Études Nordiques de l’Université de Caen Normandie, ERLIS

4 mars 2016, Université de Caen Normandie,

Salle Belvédère, bâtiment D, 4ème étage.

10h-12h15         Ouverture du colloque

Boris Czerny (Directeur de l’UFR Langues Vivantes, Université de Caen Normandie)

Hanna Steinunn Thorleifsdóttir (Directrice du Département d’Études Nordiques, Université de Caen Normandie)

Éric Leroy du Cardonnoy (Directeur d’ERLIS, Université de Caen Normandie)

Défis et transformations de la poésie contemporaine.

Président : Éric Leroy du Cardonnoy (Université de Caen Normandie)

Evelina Stenbeck (Université de Lund, Suède) : Poésie engagée au XXIe siècle. Le poète, l’événement et la politique dans la poésie suédoise contemporaine

Harri Veivo (Université de Caen Normandie) : Paradigme biopolitique et critique de la modernité dans la poésie finlandaise des années 60

Anna Helle (Université de Jyväskylä, Finlande) : Postmodernisme dans la poésie finlandaise

12h15-14h          Pause-déjeuner

14h-15h30          Interrogations et étrangetés.

Président : Annelie Jarl Ireman (Université de Caen Normandie)

Yohann Aucante (EHESS, Paris) : Les contrecoups de la postmodernité : populisme et chauvinisme social dans les pays nordiques

Thomas Mohnike (Université de Strasbourg) : Environ égal, environ le même. Etrangetés identitaires dans la littérature suédoise après 1990

15h30-16h          Pause-café

16h-17h45          Histoire(s) : questionnements, continuités, transformations.

Président : Boris Czerny (Université de Caen Normandie)

Christian Bank Pedersen (Université de Caen Normandie) : Plus-que-parfait. Sur l’ouverture des Lumières et les entre-temps de l’histoire chez Per-Olov Enquist

Stas Savitsky (Université de Saint-Pétersbourg, Russie) : Les jardins d’hiver dans le contexte de la formation de l’identité nordique russe

Conclusions

 

Droits d’inscription : 30 euros, 15 pour doctorants. Paiement en ligne à l’adresse http://culturnordiques.sciencesconf.org/ avant le 17 février. Gratuit pour les membres de la communauté de l’Université de Caen Normandie.

Renseignements : Harri Veivo, harri.veivo@unicaen.fr

Parution de « Médiations interculturelles entre la France et la Suède: Trajectoires et circulations de 1945 à nos jours » de Mickaëlle Cedergren et Sylvain Briens

« Médiations interculturelles entre la France et la Suède: Trajectoires et circulations de 1945 à nos jours » de Mickaëlle Cedergren et Sylvain Briens

cover

Ce livre porte sur les relations culturelles entre la France et la Suède de 1945 à nos jours. Il réunit les articles présentés à l’occasion de la conférence internationale, « Frankrike-Sverige – Tur och retur », qui a eu lieu à Stockholm en janvier 2014, organisée par l’Université Paris-Sorbonne et l’Université de Stockholm. Ces vingt-deux articles tracent ensemble une histoire croisée des médiations matérielles et immatérielles, dynamiques et complexes, ayant permis la construction des identités culturelles dans trois domaines principaux : les représentations et l’imaginaire ; la médiation et les vecteurs de transmission ; la traduction, la réception et la circulation des œuvres.

Source : http://www.stockholmuniversitypress.se/site/books/detail/4/mediations-interculturelles-entre-la-france-et-la-suede/

Soutenance de thèse : Du merveilleux au scientifique. Évolution de la représentation de l’Islande en France entre le XVIe et le XIXe siècles

Du merveilleux au scientifique
  Évolution de la représentation de l’Islande en France entre le XVIe et le XIXe siècles

La soutenance de thèse de Gaëlle Reneteaud aura lieu le lundi 7 décembre 2015 au Muséum National d’Histoire Naturelle, 45 rue Buffon, à Paris, dans le grand amphithéâtre d’Entomologie.

Directeur de thèse : Sylvain BRIENS, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Membres du jury :

Jean-François BATTAIL, Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne (président du jury)
Muriel ROSEMBERG, Maître de conférences HDR, Université Picardie Jules Verne (rapporteur)
Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE, Professeur, Université de Haute-Alsace (rapporteur)
Maria WALECKA-GARBALINSKA, Professeur, Université de Stockholm (examinatrice)

Résumé :

Á travers le cas islandais, il est question de comprendre comment l’image d’un pays se façonne vu d’ailleurs et par des vecteurs littéraires. L’image de l’Islande en France s’est modelée comme celle d’un pays lointain et mystérieux, une représentation qui perdure encore dans les mentalités aujourd’hui, l’île ayant conservé cette part d’inconnu et cet aspect énigmatique en dépit des nombreuses sources contemporaines d’information. Les clichés et les stéréotypes se perpétuent encore de nos jours dans l’imaginaire collectif français. L’histoire de l’Islande demeurant relativement méconnue, son rayonnement artistique et culturel lui confère néanmoins une existence non-négligeable sur la scène internationale. Ce travail n’a pas seulement pour objectif de contribuer à la construction de l’histoire des représentations de l’Islande, mais il vise aussi la compréhension des conditions politiques et économiques qui ont permis la diffusion en Europe de ces représentations du pays, des mœurs et de la culture de ses habitants. Cette thèse cherche également à montrer comment l’ensemble des images collectives désignant l’Islande ont été interprétées dans l’histoire des représentations. Afin de répondre au déficit des recherches sur l’Islande et de ses représentations, elle combinera l’analyse contextualisée d’un corpus littéraire (récits de voyage et articles scientifiques) et d’un corpus iconographique (cosmographies universelles) contenant des gravures et des cartes, afin de comprendre la manière dont on a pu percevoir une population et un territoire qui furent longtemps désignés comme extra-européens.

Soutenance de thèse : Flores och Blanzeflor : L’amour courtois dans la Suède du XIVème siècle

Flores och Blanzeflor : L’amour courtois dans la Suède du XIVème siècle

La soutenance de thèse de Virgile Reiter aura lieu le lundi 23 novembre 2015 à la Fédération Nationale André Maginot, 24 bis Boulevard Saint-Germain, à Paris, salle Marcel Bidaut.

Directeur de thèse : Jean-Marie Maillefer, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Membres du jury :

Catalina GIRBEA, Professeur, Université de Bucarest (rapporteur)
Jürg GLAUSER, Professeur, Université de Zurich (président)
Helène TETREL, Maître de conférences HDR, Université de Brest (examinatrice)

Résumé :

Comme les œuvres qui le précèdent : Herr Ivan en 1302 et Hertig Fredrik av Normandi en 1308, Flores och Blanzeflor fut composé en vers par un clerc inconnu sur l’ordre de la reine Eufemia de Norvège sans doute à l’occasion du mariage de sa fille Ingeborg avec le duc suédois Erik. La présente thèse propose d’envisager la traduction de Flores och Blanzeflor comme un acte politique de la part d’Eufemia. En offrant ces traductions à sa fille et son futur gendre d’abord, mais aussi plus généralement à l’aristocratie suédoise ensuite, la reine va en effet pouvoir contourner les interdits sociaux liés à son rang et à son genre et faire entendre sa voix dans le conflit qui agite au début du XIVème siècle les aristocraties scandinaves, conflit dont son futur gendre est l’un des acteurs principaux. Le duc Erik et son frère Valdemar étaient en effet engagés depuis les premières années du XIVème siècle dans un conflit de succession avec leur frère Birger, roi de Suède. Les Couronnes de Norvège et de Danemark, par le truchement des alliances, se trouvèrent elles aussi engagées dans la dispute, faisant de ce conflit d’abord interne à l’aristocratie suédoise un conflit pan-scandinave. Si les thèmes de la relation du souverain avec l’aristocratie sont de fait très présents dans Flores och Blanzeflor, le roman ne s’y limite pas, mais aborde aussi des problématiques contemporaines pour l’aristocratie scandinave, notamment la question de la Croisade et de la lutte contre les païens. La présente thèse s’accompagne d’une traduction du texte en français moderne basée sur l’édition du manuscrit Cod. Holm. D 4 par Emil Olson.