CURRENT CALL FOR PAPERS : ROMANTIK – : Journal for the Study of Romanticisms, vol. 6

ROMANTIK: Journal for the Study of Romanticisms, vol. 6

CURRENT CALL FOR PAPERS

The forthcoming issue welcome all article submissions that fit within the general scope of the journal. For submission guidelines, see  http://www.romantikstudier.dk/da/romantik/

DEADLINE: 1 March 2017 (full articles)

Questions and article suggestions based on abstracts may be directed to Robert W. Rix (rjrix@hum.ku.dk).

Journal information

Romantik : Journal for the Study of Romanticisms is the annual journal of the Nordic Association of Romantic Studies. Romantik is a multi-disciplinary journal dedicated to the study of romantic modes of thought. The articles, employing the English language, range over the full variety of cultural practices, including the written word, visual arts, history, philosophy, religion, and theatre during the romantic period (c. 1780-1840). But we also welcome contributions to the discussion of pre- or post-romantic representations. Since the romantic era was characterized by an emphasis on the vernacular, the title of journal has been chosen to reflect the Germanic root of the word. We emphasize that the journal is interested in all European romanticisms – and not least the connections and disconnections between them – hence, the use of the plural in the subtitle. Romantik is a double blind peer-reviewed journal, published once a year. The journal promotes innovative research across disciplinary borders. It aims to advance new historical discoveries, forward-looking theoretical insights and cutting-edge methodological approaches. The journal will occasionally send out calls for papers on a particular theme. The articles will be collected in thematic’special issues’ that are intended to provide a space for focused attention on a current, developing or important area of study. Each issue contains a review section, where we draw special attention to works published in the Nordic countries, as well as exhibitions with relevance to Romanticism.

Editors (2016) :
Robert W. Rix, Copenhagen University (Main editorial contact)
Karina Lykke Grand, Aarhus University
Lis Møller, Aarhus University
Anna Lena Sandberg, University of Copenhagen
Knut Ljøgodt, Northern Norway Art Museum, Tromsø (Nordic guest editor, vol. 05, 2016)
Cian Duffy, Lund University
Elisabeth Oxfeldt, University of Oslo
Thor Mednick, Toledo University
Ilona Pikkanen, Tampere University

Advisory Board :
Charles Armstrong, University of Bergen
Jacob Bøggild, University of Southern Denmark, Odense
David Fairer, University of Leeds
Karin Hoff, Georg-August- Universität Göttingen
Stephan Michael Schröder, University of Cologne
David Jackson, University of Leeds
Christoph Bode, LMU München
Carmen Casaliggi, Cardiff Metropolitan University
Gunilla Hermansson, University of Gothenburg

 

Appel à contributions. Nordiques n. 34 : Tensions et coopérations

Appel à contributions

Nordiques n.34 – fin 2017

Thème: Tensions et coopérations. – La Baltique orientale comme zone frontière.

Depuis la construction de Saint-Pétersbourg au début du 18e siècle, la Baltique orientale est un des théâtres les plus actifs des relations complexes existant entre la puissance russe et le reste de l’Europe. Cette zone-frontière est tout d’abord un terrain d’affrontement et de tensions. Le retour récent de la Russie à une politique de puissance tous azimuts a entrainé un regain de tensions dans la région, ramenant à la surface le souvenir de tensions passées. Mais la Baltique est aussi un lieu de coopérations, une zone maritime où les conflits coexistent souvent avec des formes étatiques ou non-étatiques de coexistence, de cogestion, de partage, de passages des frontières.

Le but de ce numéro est de mettre en avant certains aspects, conflictuels ou coopératifs, de cette zone-frontière au cours du 20e siècle et jusqu’à nos jours. Nous nous concentrerons sur des cas précis, dans le but d’éclairer le lecteur sur les développements actuels et sur leurs racines historiques.

Nous sommes en particulier intéressés par les aspects suivants :

. Coopérations artistiques, scientifiques, environnementales ou humanitaires entre les pays de la Baltique orientale (Russie, Finlande, Pays Baltes, Pologne, Suède…)

. Organisations internationales en Baltique orientale

. Aspects stratégiques et planification militaire

. Approches transnationales, coopérations mais aussi trafics, activités illégales, contrebande

Nous attendons vos propositions et prises de contact par email à l’adresse suivante : loucle@utu.fi  La date limite de remise des textes (max. 40 000 signes) est au 1er mai 2017. Les instructions aux auteurs se trouvent sur le site de Nordiques.

Par ailleurs, la revue est toujours à la recherche de compte-rendus de lecture et de varias sur des sujets liées aux pays nordiques.

CFP : Journal of Northern Studies – Language and Place in Northern Spaces

Journal of Northern Studies – special issue on language and place in northern space

– Call for Paper

logo_journalofnorthernstudies

The Journal of Northern Studies would like to invite you to contribute to a special issue on language and place in northern spaces.

The Journal of Northern Studies is a peer-reviewed academic publication issued twice a year. The journal has a specific focus on human activities in northern spaces, and the articles concentrate on people as cultural beings, people in society and the interaction between people and the northern environment. The contributions represent interdisciplinary and multidisciplinary approaches. The journal is published by Umeå University and Sweden’s northernmost Royal Academy, the Royal Skyttean Society. For further information, see www.jns.org.umu.se/.

This special issue is organized by the research project Naming and Narrating Places: Empowering Sami Traditions and Identities through Popular Place-Making Processes (Edlund & Andersson; The Research Council Formas, no 254–2132–186).

The aim with this special issue is to bring together research illuminating various perspectives on language and place in northern spaces, for example:

Place-names
Linguistic landscapes
Language policy and revitalization
The commodification of language in marketing and tourism

What constitutes northern spaces is dependent on point of view and could in this special issue involve both arctic and subarctic geographical contexts, as well as ideas, conceptions and fantasies of northernness manifested elsewhere.

The papers should not exceed 30,000 characters in size, including spaces (c. 5,000 words). This should not include references and illustrations/maps. The contributions will be submitted to peer review.
Procedure and deadline
If you are interested in participating in this special issue, let us know by e-mail no later than October 1, 2016.

The final papers must bu submitted before May 15, 2017
For complete author instructions, see www.jns.org.umu.se/Instructions_to_authors1_2013.pdf.

Correspondance address:
Olle Sundström, editorial secretary
olle.sundstrom@umu.se

Welcome with your contribution!

Olle Sundström
Editorial secretary
Lars-Erik Edlund
Professor / Scandinavian Languages
Daniel Andersson
Assistant professor / Scandinavian Languages
Journal of Northern Studies
Umeå University, SE-901 87 Umeå, Sweden

Call for Papers: « Nordic Utopias and Dystopias » (NorLit 2017) in Turku, Finland, 8-10 June 2017

Call for Papers: « Nordic Utopias and Dystopias » (NorLit 2017) in Turku, Finland, 8-10 June 2017.

Check out the conference here while waiting for our homepage to be launched!

First Call for Papers
NorLit 2017
Nordic Literatures 2017
June 8-10, 2017
University of Turku and Åbo Akademi University, Turku, Finland

Nordic Utopias and Dystopias
The Nordic countries have often been considered ideal states as regards their organization of society, including, among other things, their education systems, gender equality, and a strong concern for nature. From the late twentieth century onwards, an increasing interest in Nordic literature, film, and design¬ – genres where social themes have been strongly highlighted – can be noted internationally. This discourse of the Nordic societies can be considered to contain both utopian and dystopian aspects. According to Ruth Levitas in her seminal work on utopian theory, The Concept of Utopia (1990), contemporary research of utopias is characterized by multiplicity. Levitas claims that the modern concept of utopia can be understood in accordance with criteria such as form, form and content, function, function and form, as well as by avoiding definitions altogether. If the concept is defined in terms of both form and content and, further, in accordance with Thomas More’s paradigmatic work Utopia (1516), the literary invention of utopia indicates that utopias are good places to be found nowhere. By depicting better societies and civilizations utopias are not only critical of society: they also seem to question the very idea of an ideal society altogether (Hewitt, 1987). In this respect utopias – be they understood as cultural genres, satires, political topoi, or ideologies – contain a dystopian potential or tendency. The opposite is, however, also the case. From Ernst Bloch’s definition of utopia as a site where the principle of hope is always at work, it must be concluded that the dystopia also carries a utopian potential. The ultimately good or bad society that does not exist anywhere can of course not be or become real. Nevertheless, what actually may be identified in most social, cultural and political undertakings and developments, are utopian tendencies as well as dystopian aspects.
We invite scholars in the fields of literature, culture, history, the social sciences and other related fields, to submit proposals for individual papers, panel-, poster-, or roundtable sessions, which relate to the general conference theme, defined in the widest possible sense.
Possible topics include (but are not limited to):

– Constructions of the Nordic welfare state
– The welfare discourses of the 1920s and -30s in the individual Nordic countries
– Transformations of the Nordic welfare discourses in the new millennium
– The ‘folkhem’ (the people’s home)
– Ecocriticism (e.g. mining landscapes; degraded landscapes; narratives of end preservation and the Ur-mountain as a cultural space; wild woods and cultural landscapes)
– Nordic “other spaces” (e.g. the sauna)
– The colonization of the Sapmi
– Nordic desire
– Nordic noir and Nordic nature
– The image of the Nordic in non-Nordic literature
– “Scandichic”
– Arctic territories
– The concepts of utopia and dystopia
– Nordic lightscapes and darkscapes
– The Nordic children’s idyll
– Refugees and the Nordic countries
– “Intersectional diplomacy”
– The idea of Ultima Thule

Key-note speakers will be announced shortly!

Deadline for paper, poster or panel proposals: October 1, 2016.
E-mail your proposal to: norlit2017@gmail.com

Organizing committee: Pia Maria Ahlbäck (Åbo Akademi University), Leena Gottelier (University of Turku), Tiina Käkelä-Puumala (University of Turku), Miikka Laihinen (University of Turku).

Le(s) Nord de Xavier Marmier

Le(s) Nord de Xavier Marmier

 

Appel à contribution

Colloque : vendredi 18 novembre 2016 à Paris et vendredi 31 mars 2017 à Lausanne

Propositions à envoyer avant le : 31 juillet 2016

Organisation :    Université de Paris-Sorbonne (EA 3556 REIGENN et UFR d’études germaniques et nordiques) & Université de Lausanne

 

Homme de lettres et grand voyageur, Xavier Marmier (1808-1892) a joué un rôle majeur d’intermédiaire entre la France et les aires culturelles septentrionales. Ses nombreux articles et ouvrages ont contribué à mieux faire connaître la géographie, l’histoire et la culture des pays du Nord (Islande, Féroé, Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Pays-Bas, Allemagne) en France, ainsi que dans d’autres pays d’Europe où étaient traduites ses études.

Ses voyages commencent en Allemagne, avec un premier séjour en 1831. Il publie des articles dans différentes revues littéraires comme la Revue Germanique, la Revue de Paris ou la Revue des deux mondes, incarnant « plus encore qu’Ampère ou Bonstetten un rêve romantique-philologue du Nord germanique et scandinave »[1]. C’est son intérêt pour les cultures étrangères qui le pousse à devenir traducteur d’auteurs allemands et critique littéraire. La bonne réception de son étude sur Goethe[2] et d’articles sur les mœurs, les institutions, le folklore, l’histoire et la littérature allemande, lui permet de participer à l’expédition de La Recherche sur les mers du Nord. Il est chargé par l’Académie française d’étudier les sagas et de recueillir tous les documents possibles sur les traditions, la littérature, l’histoire et les mœurs des Islandais.

La cohérence et l’ampleur de son travail intellectuel font de lui un des pionniers de la littérature comparée en France : « en un temps où dominait encore en France un sentiment de supériorité culturelle établi depuis la Renaissance et que les tensions de la période révolutionnaire avait encore conforté, Xavier Marmier fut l’un des plus ardents défenseurs de l’idée d’une nécessaire ouverture vers les littératures étrangères »[3]. Il a également fait partie de ce que l’on pourrait appeler les précurseurs de l’anthropologie et de l’ethnologie moderne. A la suite de sa première expédition en Islande, il a souligné la nécessité de voyager et de vivre parmi les peuples dont on étudie l’histoire et la littérature : « il est vrai cependant que j’aurais pu trouver, à Paris, à la Bibliothèque du Roi, une grande partie des trésors poétiques que j’allais chercher si loin […]. Mais c’est une chose importante de voir le pays dont on étudie l’histoire, de vivre parmi les hommes dont on veut connaître la langue. Il y a entre la poésie d’un peuple et la terre qu’il habite, et la nature qui l’entoure, et le ciel sous lequel il vit, une alliance intime, alliance que peu de livres révèlent, et qu’il faut avoir observée sur les lieux mêmes pour bien la sentir »[4].

Son travail, témoignage des nouveaux intérêts de son époque, est d’autant plus intéressant à étudier qu’il marque le début des grandes explorations scientifiques. Par ses nombreux récits de voyage et recueils de lettres, Xavier Marmier fait découvrir en France des pays du Nord encore mal connus : « après les laborieuses explorations du siècle passé et du siècle actuel, nous en sommes encore, à l’égard des contrées septentrionales, à peu près au même point de vue que nos ancêtres »[5]. La publication de Chants populaires du Nord est un exemple « de la façon dont le déterminisme fondé sur la théorie des climats de Montesquieu et articulé sur l’opposition Nord-Sud opère un élargissement vers ce qui était encore la périphérie exotique de l’Europe »[6]. En effet, dès l’introduction Marmier s’attachait à montrer la permanence culturelle du Nord, en particulier poétique, malgré la rigueur du climat qui augmentait à mesure de l’avancement vers les terres situées à la longitude du cercle polaire.

Son œuvre est très variée : on y trouve, en plus des récits de voyage, des œuvres d’histoire[7], des essais et des romans[8], des traductions de pièces de théâtre[9] et de contes[10], ainsi que de la poésie[11]. Si ses travaux sur les littératures étrangères et ses récits lui avaient valu d’être élu à l’Académie française le 19 mai 1870, il est surtout considéré de nos jours comme l’un des premiers à faire connaître en France la littérature scandinave et germanique.

Nombre de chercheurs issus de disciplines différentes se réfèrent encore aujourd’hui aux travaux de ce pionnier des études germaniques et nordiques. Il représente donc un objet d’étude idéal dans le cadre d’un colloque interdisciplinaire réunissant des travaux de chercheurs de tout bord : histoire, géographie, littérature, philologie, culture, etc. Ce sera l’occasion d’étudier l’image que Marmier donne du Nord et de la confronter aux travaux de chercheurs contemporains. Les organisateurs font appel à des communications portant sur les territoires du Nord parcourus par Marmier, parmi lesquels l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, la Norvège, l’Islande, et le Groenland. On analysera entre autres l’activité de traducteur de Marmier, ses histoires littéraires, la relation avec les travaux de ses prédécesseurs (Paul-Henri Mallet notamment) et sa postérité.

Le colloque donnera lieu en 2018 à la publication d’un numéro collectif dans la revue Deshima.

Merci d’envoyer vos propositions (200 mots) accompagnées d’une courte notice biobibliographique avant le 31 juillet 2016 à Gaëlle Reneteaud-Metzger (gaelle.reneteaud@gmail.com) et Cyrille François (cyrille.francois@unil.ch). Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et réparties à Lausanne ou à Paris selon les regroupements thématiques.

Comité scientifique

Bernard Banoun (Université de Paris-Sorbonne)

Thomas Beaufils (Université de Lille 3)

Sylvain Briens (Université de Paris-Sorbonne)

Jérôme David (Université de Genève)

Martine Hennard Dutheil (Université de Lausanne)

Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

Marthe Segrestin (Université de Paris-Sorbonne)

Irene Weber Henking (Université de Lausanne)

Organisation : Gaëlle Reneteaud-Metzger (Université de Paris-Sorbonne) et Cyrille François (Université de Lausanne)

[1] Michel Espagne, « Le moment allemand dans l’étude française des pays du Nord », Michel Espagne, 2006, Tusson, Le prisme du Nord. Pays du Nord, France, Allemagne (1750-1920), édition Du Lérot, p.197.

[2] Xavier Marmier, 1835, Etude sur Goethe, Paris, édition F.G. Levrault.

[3] Maria Walecka-Garbalinska, « Du décentrement au désenchantement, Xavier Marmier et les origines du comparatisme français », Christian Benne, Svend Erik Larsen, Morten Nøjgaard et Lars Ole Sauerberg, 2013, Orbis Litterarum, Volume 68, p.1.

[4] Xavier Marmier, 1855 (quatrième édition), Lettres sur l’Islande et poésies, Paris, édition Arthus Bertrand, Préface, pp.XV-XVI. Première édition parue en 1837 chez Félix Bonnaire.

[5] Xavier Marmier, Lettres sur le Nord, Paris, Delloye, 1840, Tome 1 préface, pp.V-VI.

[6] Maria Walecka-Garbalinska, « Du décentrement au désenchantement, Xavier Marmier et les origines du comparatisme français », Christian Benne, Svend Erik Larsen, Morten Nøjgaard et Lars Ole Sauerberg, 2013, Orbis Litterarum, Volume 68, p.7.

[7] Histoire de la Scandinavie : Danemarck, Suède et Norvége, 1840, Paris, édition Bertrand et Histoires allemandes et scandinaves, 1891, Paris, édition Calmann Lévy.

[8] Les fiancés de Spitzberg et Gazida qui sont récompensés par l’Académie française.

[9] Théâtre choisi de Oehlenschlæger et de Holberg, 1881, Paris, édition Didier.

[10] Contes fantastiques d’Hoffmann, 1858, Paris, édition Charpentier.

[11] Son premier recueil s’intitule Nouvelles Esquisses, 1831, Vesoul, édition Zaepffel.

Ecocritical Network for Scandinavian Studies

A new ecocritical network for Scandinavian studies is now in its foundation phase. Ecocriticism has grown rapidly in the past two decades and constitutes today a large and diverse field. Many scholars within Scandinavian studies are conducting high-quality research from an ecocritical perspective. Yet most of these scholars work unconnected from each other and currently little communication about research, teaching and publications is taking place. There is, however, a huge potential for cooperation in this area of research, and being informed about each others’ work, as well as developing and discussing ideas together would be very advantageous for everybody involved in this field.

The planned network will fill in this gap and create an active group of ecocritics connected to each other. The network’s purpose will be to facilitate and intensify international collaboration between scholars in ecocriticism (and even in the environmental humanities in a wider sense) who are working on or are interested in environmental topics related specifically to the literatures and cultures of the Nordic countries. Members of the network will not have to come from the Nordic countries themselves, they will only be expected to take an interest in ecocriticism or closely related fields such as geocriticism, posthumanism, postcolonial ecocriticism, island studies, utopian studies, maritime studies, human-animal studies, urban studies etc in relation to the study of Northern European literatures and cultures.

If sufficient interest into the network is expressed, a website will be launched where scholars can meet researchers with mutual interests and publish information about ecocritical conferences and publications. In addition, workshops and conferences will be organized at which the network’s members can meet in person, introduce their research to each other and develop ideas about ecocritical collaboration. There are even plans to launch a peer-reviewed Nordic journal of ecocriticism that will publish articles, reviews and book-reviews also about studies written in the Nordic languages. Later on, the network might even be developed further into an association.

Those who are interested in joining the network and contributing to its development are encouraged to contact Pia Maria Ahlbäck (pahlback@abo.fi), Reinhard Hennig (reinhard.hennig@miun.se), Toni Lahtinen (toni.lahtinen@uta.fi), Judith Meurer-Bongardt (judithmb@uni-bonn.de) or Juha Raipola (juha.raipola@uta.fi).

Appel à contributions: Colloque Arthur entre Nord et Sud

Arthur entre Nord et Sud

La conférence « Arthur entre Nord et Sud », organisée par la Branche Nordique de la Société Internationale Arthurienne et l’EA REIGENN se tiendra à l’université Paris-Sorbonne entre le 6 et le 8 décembre 2016. Elle sera la seconde conférence organisée par la Branche Nordique de la Société Arthurienne Internationale et sera consacrée aux recherches récentes sur la matière arthurienne dans les langues du Nord (vieux norrois, vieux suédois, vieux danois) ainsi qu’aux contacts littéraires entre le Nord médiéval et l’Europe continentale.

La matière Arthurienne, qui connaît un large écho dans l’Europe médiévale, a aussi touché la Scandinavie à travers traductions et adaptations de romans de langue française, allemande ou d’autres langues vernaculaires médiévales, de même que le latin. Les présentations qui aborderont la matière Arthurienne du Nord sous un angle comparatiste, de même que celles qui concernent les pratiques de traduction et les voies des transferts culturels entre l’Europe continentale et le Nord seront donc particulièrement appréciées.

Nous accueillerons aussi volontiers toutes contributions centrées sur les œuvres, la codicologie et particulièrement la transmission matérielle des manuscrits de littérature arthurienne vers le Nord, le contexte socio-culturel de production des œuvres, les questions de genre et de représentations, d’identité…

Les communications de 20 minutes se feront en anglais, français ou allemand. Les propositions de communications ne devront pas dépasser 500 mots et sont à envoyer (de même que toutes questions au sujet du colloque) avant le 30 mai 2016 à l’adresse suivante : ArthurNordSud@gmail.com. Les propositions seront sélectionnées par un comité scientifique.

Le comité organisateur :

François Émion (EA REIGENN, Université Paris-Sorbonne)

Raphaëlle Jamet (EA REIGENN, Université Paris-Sorbonne)

Virgile Reiter (EA REIGENN, Université Paris-Sorbonne)

Gaëlle Reneteaud (EA REIGENN, Université Paris-Sorbonne)

Le comité scientifique :

Bjørn Bandlien (Høgskolen I Sørøst Norge)

François Émion (Université Paris-Sorbonne)

Corinne Péneau (Université Paris-Est)

Sif Rikhardsdottir (University of Iceland)

Les intervenants et participants sont encouragés à rejoindre la Branche Nordique de la Société Arthurienne Internationale, veuillez consulter le site internet de l’association (http://www.hf.uio.no/iln/english/research/networks/nordicarthur/) ou de l’International Arthurian Society (http://www.internationalarthuriansociety.com/) pour plus d’informations

Blog du colloque : http://arthurentrenordetsud.blogspot.fr/

For English : click here

 

Appel à contribution : « Utopies et innovations dans les villes nordiques »

Pour le n° 33 de la revue Nordiques (Association Norden/Bibliothèque de Caen), nous cherchons des contributions pluridisciplinaires (histoire, géographie, littérature, études artistiques, sciences politiques…) sous forme d’articles scientifiques (40 000 signes maximum) sur le thème « Utopies et innovations dans les villes nordiques ».

Il s’agit d’explorer les démarches inventives initiées dans les municipalités des pays nordiques (Islande, Norvège, Danemark, Suède, Finlande, éventuellement en lien avec les Pays baltes), perçues comme des utopies depuis la France mais qui relèvent souvent d’innovations pragmatiques répondant à des crises ou à des problèmes quotidiens et concrets. La ville est ici à considérer au sens large (régions métropolitaines, coopération urbain/rural, villes moyennes ou très petites villes).

Merci d’envoyer un résumé (15 lignes) avec une proposition de thématique et de problématique d’ici au 8 juillet aux adresses mail suivantes : nicolas.escach@uvsq.fr  et annelie.jarl@unicaen.fr

Le rendu du texte se fera en novembre 2016.

Appel à contribution : Islande : sortie de crise ?

Pour son numéro 32 à paraître à l’automne 2016, la revue « Nordiques » lance un appel à contribution sur le thème : « Islande : sortie de crise ? ». L’objet de cette publication concerne la question du devenir de l’Islande 8 ans après le début d’une crise économique, sociale et politique qui a profondément marqué ce pays ainsi que les représentations que l’on s’en fait depuis l’étranger. Si la couverture médiatique et scientifique des faillites bancaires, des projets de réforme de la constitution et d’adhésion à l’Union européenne avait d’abord été relativement significative, l’Islande est ensuite retombée dans une zone d’ombre caractéristique de beaucoup de petits pays. L’objectif est de refaire un peu de lumière autour de cette situation islandaise encore traversée par de nombreuses dynamiques de changement qui méritent l’attention, et au cours d’une année d’élections présidentielles : le pays est-il sorti de la crise ou des crises qui l’ont affecté ? Par quelles voies et quels moyens ? Quels sont les stigmates de cette période douloureuse ? Qu’est-il advenu des projets de réforme constitutionnelle ? Comment interpréter la montée en puissance dans les sondages du « parti pirate » ? Voici quelques unes des questions qui peuvent baliser une thématique qui se veut ouverte aux contributions de l’économie, des sciences humaines et sociales et des études littéraires et culturelles. Les avis d’intention (titre et résumé de 2000 signes) devront être envoyés par mail à l’adresse aucante@ehess.fr avant le 25 avril 2016 Les articles de 40 000 signes aux normes de la revue devront être adressés dans leur intégralité pour le 1er août 2016.