Soutenance de thèse de Sarah Harchaoui

Pratiques stylistiques hétérogènes. Analyse et réception des discours en milieu urbain contemporain norvégien

La soutenance de thèse de Sarah Harchaoui aura lieu le samedi 26 novembre 2016 de 9 heures à 13 heures en salle D223 (2ème étage) à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne devant un jury composé de :

M. Karl GADELII –  Professeur, Université Paris-Sorbonne (directeur de thèse)
Mme Françoise GADET – Professeure, Université Paris Ouest Nanterre la Défense (rapporteur)
M. Paul KERSWILL – Professeur, Université de York (examinateur)
M. Lars Anders KULBRANDSTAD – Professeur, Université de Hedmark (examinateur)
Mme Bente Ailin SVENDSEN – Professeure, Université d’Oslo (rapporteur)
M. André THIBAULT – Professeur, Université Paris-Sorbonne (examinateur)

Résumé
Cette thèse analyse les pratiques langagières hétérogènes d’une quarantaine d’adolescents originaires des quartiers multiculturels de la capitale norvégienne. Croisant une approche sociolinguistique, épistémologique et psychoculturelle, nous nous interrogeons sur les motivations sociales et individuelles du recours à des variables lexicales et syntaxiques jugées innovantes en norvégien. Notre recherche vise à démontrer que ces éléments linguistiques ne résultent pas d’un manque de compétences linguistiques, mais bien d’une variation stylistique à laquelle les locuteurs-individus ont recours en fonction d’une multitude de paramètres internes et externes à l’énonciation. L’analyse sociohistorique permet de replacer les locuteurs dans leur environnement local et de contextualiser leurs faits de langue. L’analyse linguistique s’appuie quant à elle sur des données écologiques recueillies dans le cadre du projet national UPUS (Utviklingsprosesser i urbane språkmiljø – Processus de développement linguistique en milieu urbain) mené entre 2006 et 2008 à Oslo. In fine la thèse propose d’envisager les pratiques stylistiques hétérogènes comme un champ de ressources non-fixes présent dans le répertoire d’individus aussi bien adolescents qu’adultes, issus des minorités comme de la majorité nationale dont le point commun n’est pas le partage d’une origine ethnique mais bien l’expérience conjointe de l’actuel milieu urbain contemporain.

Mots-clés : Sociolinguistique urbaine ; multiethnolecte ; vernaculaire urbain contemporain ; pratiques stylistiques hétérogènes ; attitudes linguistiques ; contacts de langues Scandinavie ; parler jeune Norvège ; norvégien oral contemporain.

Soutenance de thèse de Laurent Di Filippo : Du mythe au jeu

Laurent Di Filippo soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés : Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle du Nord. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan: Hyborian Adventures

Co-tutelle avec l’université « Université de Bâle » (SUISSE) ; Sciences de l’information et de la communication (CREM) ; Études scandinaves (Seminar für Nordistik). Soutenance prévue le vendredi 04 novembre 2016 à 14h30 Lieu : Ile du Saulcy CS 60228 57045 Metz Cedex 01 salle des conseils

Composition du jury proposé :

M. Jacques WALTER Université de Lorraine Directeur de these
M. Jürg GLAUSER Universität Basel CoDirecteur de these
M. David DOUYèRE Université François Rabelais de Tours Examinateur
Mme Anne BESSON Université d’Artois Examinateur
Mme Marie-Pierre FOURQUET-COURBET Université d’Aix-Marseille Rapporteur
Mme Maude BONENFANT UQAM – Université du Québec à Montréal Rapporteur
M. Jürgen MOHN Universität Basel Examinateur


Résumé :

Un rhinocéros Berserker, des hordes de Vanir déferlant sur la Cimmérie, le fils d’Ymir emprisonné… les références aux récits médiévaux scandinaves couramment désignés par les termes « mythes nordiques » sont nombreuses dans le jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs Age of Conan: Hyborian Adventures. Mais, comment des éléments issus de sources presque millénaires sont-ils devenus des composantes d’une production vidéoludique contemporaine ? À partir de ce cas d’étude, l’auteur de ce travail s’intéresse, de façon plus générale, aux phénomènes culturels et à leurs dynamiques à travers leurs processus de transmission, de manifestation et d’appropriation. Pour ce faire, il s’appuie sur une démarche qualitative et empirique à la croisée des Sciences de l’information et de la communication et des Études scandinaves afin de développer une approche anthropo-communicationnelle, fortement imprégnée par les travaux en Anthropologie. Celle-ci se fonde sur une méthodologie à la fois linguistique, socio-historique, d’observation participante sur le temps long et un suivi de veille sur le temps très long. Elle permet de constater que, des manuscrits médiévaux aux jeux vidéo en ligne, en passant par la littérature de fantasy américaine des années 1930, le sens donné aux références aux ressources culturelles du passé est sans cesse transformé et construit en fonction de la situation dans laquelle elles sont manifestées. Ces dynamiques culturelles s’inscrivent alors au cœur de la problématique du changement et de la permanence et mettent en lumière les constructions d’un imaginaire du commun tout en remettant au centre de la réflexion le travail des acteurs.

Mots-clés : communication,études scandinaves,culture,anthropologie,mythes,jeu

Soutenance de thèse de Simon Lebouteiller : Faire la paix dans la Scandinavie médiévale

Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle)
 —
La soutenance de thèse de Simon Lebouteiller aura lieu le 21 octobre 2016 à 14h00 à l’Université de Caen Normandie (Amphithéâtre de la MRSH, Campus 1), devant un jury composé de :
 —
  • M. Sverre Bagge, professeur, Université de Bergen (rapporteur)
  • M. Pierre Bauduin, professeur, Université de Caen Normandie (directeur de thèse)
  • Mme Geneviève Bührer-Thierry, professeure, Université Panthéon-Sorbonne (examinateur)
  • M. François Émion, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (examinateur)
  • M. Jean-Marie Maillefer, professeur, Université Paris-Sorbonne (codirecteur de thèse)
  • M. Jean-Marie Moeglin, professeur, Université Paris-Sorbonne ; directeur de recherche, EPHE (rapporteur)

faire-part-soutenance-simon-lebouteiller-001

Résumé :
Entre le VIIIᵉ et le XIIIᵉ siècle, les élites guerrières et aristocratiques scandinaves ont été impliquées dans une multitude de conflits. On a par exemple assisté en Scandinavie à un essor des monarchies nationales qui a suscité l’opposition des autorités locales ou des rivalités pour l’accession au pouvoir. De même, cette période a vu l’affirmation des Scandinaves en Europe, notamment dans le cadre de l’expansion viking, et a ainsi été marquée par nombre d’affrontements dans les différentes régions où ils ont été actifs. Dans cette thèse, nous nous intéressons à un versant particulier de ces conflits : les processus ayant amené à leur résolution et au maintien de rapports pacifiés entre les anciens adversaires. Il s’agit en premier lieu d’examiner les rituels et les techniques diplomatiques employés par les élites scandinaves lors des négociations de paix et de la conclusion des accords : envois de messagers et d’ambassades, intervention d’intermédiaires, cadre spatial des négociations et des rencontres, remises d’otages, échanges de serments, etc. Ici, une place importante est accordée aux variations et aux évolutions de ces techniques de pacification, ainsi qu’aux conséquences de la christianisation et du développement du pouvoir royal sur la nature des pratiques diplomatiques. De même, nous nous intéressons à la représentation de la paix et des modes de pacification, ainsi qu’à ses enjeux, dans la littérature scandinave, en particulier dans l’historiographie, les sagas islandaises, la poésie scaldique ou encore les Eddas.

Soutenance de thèse : Du merveilleux au scientifique. Évolution de la représentation de l’Islande en France entre le XVIe et le XIXe siècles

Du merveilleux au scientifique
  Évolution de la représentation de l’Islande en France entre le XVIe et le XIXe siècles

La soutenance de thèse de Gaëlle Reneteaud aura lieu le lundi 7 décembre 2015 au Muséum National d’Histoire Naturelle, 45 rue Buffon, à Paris, dans le grand amphithéâtre d’Entomologie.

Directeur de thèse : Sylvain BRIENS, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Membres du jury :

Jean-François BATTAIL, Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne (président du jury)
Muriel ROSEMBERG, Maître de conférences HDR, Université Picardie Jules Verne (rapporteur)
Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE, Professeur, Université de Haute-Alsace (rapporteur)
Maria WALECKA-GARBALINSKA, Professeur, Université de Stockholm (examinatrice)

Résumé :

Á travers le cas islandais, il est question de comprendre comment l’image d’un pays se façonne vu d’ailleurs et par des vecteurs littéraires. L’image de l’Islande en France s’est modelée comme celle d’un pays lointain et mystérieux, une représentation qui perdure encore dans les mentalités aujourd’hui, l’île ayant conservé cette part d’inconnu et cet aspect énigmatique en dépit des nombreuses sources contemporaines d’information. Les clichés et les stéréotypes se perpétuent encore de nos jours dans l’imaginaire collectif français. L’histoire de l’Islande demeurant relativement méconnue, son rayonnement artistique et culturel lui confère néanmoins une existence non-négligeable sur la scène internationale. Ce travail n’a pas seulement pour objectif de contribuer à la construction de l’histoire des représentations de l’Islande, mais il vise aussi la compréhension des conditions politiques et économiques qui ont permis la diffusion en Europe de ces représentations du pays, des mœurs et de la culture de ses habitants. Cette thèse cherche également à montrer comment l’ensemble des images collectives désignant l’Islande ont été interprétées dans l’histoire des représentations. Afin de répondre au déficit des recherches sur l’Islande et de ses représentations, elle combinera l’analyse contextualisée d’un corpus littéraire (récits de voyage et articles scientifiques) et d’un corpus iconographique (cosmographies universelles) contenant des gravures et des cartes, afin de comprendre la manière dont on a pu percevoir une population et un territoire qui furent longtemps désignés comme extra-européens.

Soutenance de thèse : Flores och Blanzeflor : L’amour courtois dans la Suède du XIVème siècle

Flores och Blanzeflor : L’amour courtois dans la Suède du XIVème siècle

La soutenance de thèse de Virgile Reiter aura lieu le lundi 23 novembre 2015 à la Fédération Nationale André Maginot, 24 bis Boulevard Saint-Germain, à Paris, salle Marcel Bidaut.

Directeur de thèse : Jean-Marie Maillefer, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Membres du jury :

Catalina GIRBEA, Professeur, Université de Bucarest (rapporteur)
Jürg GLAUSER, Professeur, Université de Zurich (président)
Helène TETREL, Maître de conférences HDR, Université de Brest (examinatrice)

Résumé :

Comme les œuvres qui le précèdent : Herr Ivan en 1302 et Hertig Fredrik av Normandi en 1308, Flores och Blanzeflor fut composé en vers par un clerc inconnu sur l’ordre de la reine Eufemia de Norvège sans doute à l’occasion du mariage de sa fille Ingeborg avec le duc suédois Erik. La présente thèse propose d’envisager la traduction de Flores och Blanzeflor comme un acte politique de la part d’Eufemia. En offrant ces traductions à sa fille et son futur gendre d’abord, mais aussi plus généralement à l’aristocratie suédoise ensuite, la reine va en effet pouvoir contourner les interdits sociaux liés à son rang et à son genre et faire entendre sa voix dans le conflit qui agite au début du XIVème siècle les aristocraties scandinaves, conflit dont son futur gendre est l’un des acteurs principaux. Le duc Erik et son frère Valdemar étaient en effet engagés depuis les premières années du XIVème siècle dans un conflit de succession avec leur frère Birger, roi de Suède. Les Couronnes de Norvège et de Danemark, par le truchement des alliances, se trouvèrent elles aussi engagées dans la dispute, faisant de ce conflit d’abord interne à l’aristocratie suédoise un conflit pan-scandinave. Si les thèmes de la relation du souverain avec l’aristocratie sont de fait très présents dans Flores och Blanzeflor, le roman ne s’y limite pas, mais aborde aussi des problématiques contemporaines pour l’aristocratie scandinave, notamment la question de la Croisade et de la lutte contre les païens. La présente thèse s’accompagne d’une traduction du texte en français moderne basée sur l’édition du manuscrit Cod. Holm. D 4 par Emil Olson.

Etude sur le Vafþrúðnismál et le genre de l’énigme

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse de Pierre-Brice Stahl qui aura lieu à Strasbourg le 9 décembre 2014 de 14 h à 17 h en salle des thèses, Nouveau Patio, 20, rue René Descartes, Université de Strasbourg.

Thèse de doctorat en histoire des religions. Directeur de thèse : Jean-Marie Husser.

Membres du jury :

Jürg Glauser                      Professeur de philologie nordique à l’université de Zurich et de

                                               Bâle (rapporteur).

Jean-Marie Husser          Professeur d’histoire des religions à l’université  de Strasbourg 

                                               (directeur de thèse).

Jean-Marie Maillefer       Professeur émérite d’études scandinaves à l’université de

                                               Paris IV-Sorbonne (rapporteur).

Torfi H. Tulinius              Professeur de littérature islandaise médiévale à l’université

                                              d’Islande (membre du jury).

Résumé

Le Vafþrúðnismál présente la rencontre entre deux figures mythologiques, Vafþrúðnir et Óðinn, qui s’affrontent dans une joute verbale. La première partie de la thèse établit le texte et propose une édition critique suivie d’une traduction. De nouvelles perspectives sur l’énigme sont introduites dans la deuxième partie qui s’intéresse en détail à ce genre. Enfin, la troisième partie traite de la joute d’énigmes et de la dernière question que soumet Óðinn à Vafþrúðnir à partir d’une approche comparatiste. Une lecture attentive du texte conduit à la conclusion que le dieu, dans les questions qu’il adresse au géant, n’est en quête d’aucun savoir, mais cherche à déterminer si son adversaire est sage ou tout sage. L’analyse de la nature de l’interaction apporte ainsi une nouvelle compréhension du texte et permet d’expliquer plusieurs aspects du poème, jugés jusqu’à présent problématiques. L’étude montre qu’il n’y a aucune injustice dans la distribution des questions entre les deux protagonistes, mais qu’elle répond à une logique bien précise du texte. De même, l’examen de la dernière énigme permet de conclure qu’elle n’est pas déloyale, comme on l’a traditionnellement interprétée, mais qu’elle occupe une fonction bien précise dans le poème. A travers cette fiction littéraire, le poème transmet sous une forme ludique un savoir traditionnel, touchant essentiellement des questions cosmologiques et mythologiques, au moyen d’un genre particulier : la joute d’énigmes.

Odin's last words to Baldr

Odin’s last words to Baldr. in: Bray, Olive (éd.et trad.), The Elder or Poetic Edda, Collingwood, W. G. (illustrations), Londres : Printed for the Viking Club, 1908, p. 39

Soutenance de thèse

Les récits du Folkhem et l’utopisme de la social-démocratie suédoise : De Hansson à Palme : 1932-1986 

La soutenance de thèse de David Persson aura lieu le mardi 27 mai à 14 h à l’Université de Lille 2, salle Guy Debeyre.

Résumé

Cette thèse analyse les formes et les effets de l’utopisme qui sous-tend le projet politique du SAP (parti social-démocrate suédois) entre 1932 et 1986. Dans le cadre d’une approche conceptuelle du politique nous nous interrogeons sur le pouvoir des idées, des symboles et de l’imaginaire dans la constitution d’un roman national original, mais aussi à travers la mise en œuvre de l’action publique. A partir d’un important corpus inédit de discours et d’écrits rédigés par les trois leaders qui se sont succédés à la tête du gouvernement pendant un demi-siècle (Hansson, Erlander, Palme), la thèse s’efforce de mettre à jour « la cristallisation sémantique » qui a structuré le lexique politique du SAP. En son cœur figure la métaphore du Folkhem qui fonctionne comme un mythe mobilisateur pour la nouvelle société, avant de se transformer en élément essentiel de l’identité nationale et de la culture politique de la Suède. Autour du Folkhem, se noue le contrat social suédois, et la notion se transforme en source et ressource de légitimité politique. L’histoire des récits du Folkhem permet de mieux comprendre les origines du modèle suédois et les modalités récentes de son évolution. Par son extrême plasticité, le Folkhem continue de nos jours à faire l’objet d’appropriations politiques nombreuses et diverses, confirmant ainsi son rôle fondateur d’institution de sens.

Soutenance de thèse

Représentation du genre et des sexualités dans les méthodes d’éducation à la sexualité élaborées en France et en Suède

La soutenance de thèse d’ Élise Devieilhe aura lieu le mardi 17 décembre à 14 h en Salle du Conseil, bâtiment B, campus 1, Université de Caen Basse-Normandie.

Résumé

Parce qu’elle indique l’expression socialement acceptable de la sexualité, l’éducation à la sexualité diffusée par une société reflète ses représentations et ses choix en matière d’organisation sociale de la sexualité. L’objet de cette thèse est d’analyser dans une perspective socio-historique (du début du XXe siècle à aujourd’hui) et socio-culturelle franco-suédoise, les méthodes et théories d’éducation à la sexualité, afin d’y discerner les conceptions du genre et des sexualités qu’elles véhiculent. Si la pratique de l’éducation à la sexualité reste encore aujourd’hui, en Suède comme en France, largement dépendante de volontés individuelles et non généralisée, les méthodes développées sont en revanche mieux structurées et plus étayées en Suède qu’en France. Une analyse de contenu de plusieurs supports d’éducation à la sexualité (textes officiels et diverses productions écrites et illustrées) ainsi que des entretiens avec des personnes ressources permettent de définir certaines caractéristiques des deux pays en ce domaine : tandis que la Suède a commencé à intégrer à son éducation à la sexualité une réflexion critique sur le genre, c’est loin d’être le cas en France. La problématisation de l’hétéronormativité est par ailleurs tout à fait absente de l’éducation française à la sexualité, alors qu’elle se diffuse peu à peu dans les textes officiels suédois, sous l’impulsion de mouvements associatifs et d’universitaires. Or, en l’absence d’une réflexion critique sur le genre et l’hétéronormativité – ce que l’on constate en France, et dans une moindre mesure en Suède – la conception de la sexualité diffusée par l’éducation à la sexualité est biologisante (centrée sur la reproduction), associant la sexualité au sentiment amoureux (norme du couple et de l’amour), négative (centrée sur les risques), différentialiste (hommes et femmes étant présentés comme complémentaires), et hétéronormative. Une partie de l’analyse se concentre sur des méthodes alternatives : la pédagogie inclusive et la pédagogie critique de la norme, élaborées en Suède et appliquées à l’éducation à la sexualité.

Soutenance de thèse

La pythie face à l’Histoire. Mémoire, mythes et spiritualité dans la poésie d’Eeva-Liisa Manner et Anna Akhmatova

La soutenance de thèse de David Paigneau aura lieu le mercredi 11 décembre à 13 h à la Maison des Langues et de l’International, salle LI 160,  Université de Caen Basse-Normandie.

Résumé

Au cours de ce projet de thèse, deux poétesses du XXème siècle : Eeva-LiisaManner et Anna Akhmatova, seront mises en parallèle pour leurs choix esthétiques, mais aussi pour leur parcours et pour leur position singulière, au sommet de la pyramide poétique de leurs nations respectives, et en porte-à-faux face à certains présupposés du modernisme littéraire et intellectuel qui les entoure, alors même que l’une et l’autre ont débuté leur carrière au sein ou aux côtés de courants poétiques dits modernistes, avant de s’en émanciper et de développer une voix poétique solitaire et à l’écart des courants institutionnalisés. L’un des hiatus qui les éloignentde la modernité poétique et intellectuelle est la question spirituelle – religieuse . La poésie de Manner et celle d’Akhmatova tendent à transmettre une mémoire qui se veut à la fois intime et collective, par le biais de poèmes mêlant autobiographie et références constantes aux grands classiques de la littérature et surtout aux différentes pensées religieuses, ou plutôt à « la » pensée religieuse aux sources de toute foi, selon la thèse de l’homo religiosus.Ainsi, relectures de mythes (Loth et figures de Dante pour Akhmatova, Ulysse ou Orphée pour Manner), citations de textes sacrés, apparitions et prises de parole symboliques de prophètes, foisonnent dans les poèmes des deux auteurs. Mais si la pensée religieuse permet de rapprocher Manner et Akhmatova, c’est qu’elle ne traverse pas les poèmes uniquement en tant que choix esthétique, mais en tant que système de pensée à part entière. Poétesses mêlant vie, œuvre et histoire, leurs visions du monde respectives sont structurées autour de préoccupations communes : s’inscrire dans la culture universelle, transmettre des valeurs humaines que la guerre et/ou les troubles politiques ont bafouées, enfin revendiquer l’apport de la spiritualité et de l’héritage religieux dans le jugement critique porté sur le monde. Il s’agira donc avant tout d’une thèse de littérature comparée, mais qui accordera une place de premier choix à la biographie des deux auteurs, à leur parcours, à leur statut dans la littérature de leurs pays respectifs, et qui s’ouvrira à l’histoire des idées en replaçant la vie et l’œuvre de Manner et d’Akhmatova dans le contexte des débats intellectuels du XXème consacrés à la question spirituelle-religieuse.

Soutenance de thèse

La formation du canon de la nouvelle en Finlande et en Estonie

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse de Martin Carayol en littérature, qui aura lieu le jeudi 5 décembre à 9 h 30 à l’INALCO, 2 rue de Lille (salle des Plaques) à Paris. Contact : Martin.Carayol@gmail.com

Résumé

Ce travail vise à observer les mécanismes à l’œuvre dans la canonisation des nouvelles finlandaises et estoniennes. L’auteur présente d’abord les travaux théoriques qui concernent le canon littéraire et les fréquents débats entourant cette notion. Il étudie ensuite le rôle des plus importantes instances canonisatrices (recensions, travaux critiques, prix littéraires, anthologies, traductions, institution scolaire et universitaire) en Finlande et en Estonie. Une attention particulière est accordée à la réception critique dans les revues littéraires des deux pays, et à la présentation qui est faite des classiques de la nouvelle dans les manuels de littérature.

Des études de cas sont ensuite présentées : à partir d’exemples tirés d’écrivains ou de thèmes précis, l’auteur y met en lumière certains phénomènes caractéristiques de la canonisation, et diverses circonstances susceptibles de faciliter la canonisation des textes, ou au contraire d’y faire obstacle. Ces analyses débouchent sur des propositions de nouveaux outils théoriques pour l’étude diachronique des canons.