CFP Journée d’études : 1818 – 2018 Bicentenaire de l’accession de Jean-Baptiste Bernadotte aux trônes de Suède et de Norvège

1818 – 2018 Bicentenaire de l’accession de Jean-Baptiste Bernadotte
aux trônes de Suède et
de Norvège

État des lieux et actualité de la recherche
Journée d’études
le 17 octobre 2018 à l’Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J), à la
Maison de la Recherche, Salle E 412.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 1er septembre 2018.

Résumé
Cette journée d’études entend appréhender l’accession aux trônes de Suède et de Norvège
de Jean-Baptiste Bernadotte. Il s’agira de considérer cet événement à l’aune des renouvellements
historiographiques entamés à l’Université de Toulouse Jean Jaurès (UT2J) au sein du laboratoire
Framespa il y a maintenant plus de dix ans, et d’en élargir le cadre aux autres universités
françaises et à celles, plus lointaines, d’Europe du Nord. Les participants sont ainsi invités à
replacer la personnalité et l’exercice du pouvoir par Bernadotte dans une historiographie plus large
des bouleversements profonds que connaissent les États européens à la fin du XVIIIème et au
début du XIXème siècles.

This workshop aims to understand the accession to the thrones of Sweden and Norway by Jean-
Baptiste Bernadotte. The work presented aims to insert this event in the historiographical renewals
started at the University of Toulouse Jean Jaurès (UT2J) within the Framespa laboratory more
than ten years ago, and to extend the scope to others French universities and those more distant
from Northern Europe. The participants are thus invited to place Bernadotte’s personality and
exercise of power in a broader historiography of the profound upheavals experienced by European
states in the late eighteenth and early nineteenth centuries.

Argumentaire
Jean Baptiste Bernadotte, un Français sur les trônes de Suède et de Norvège
L’historiographie de la Suède contemporaine est peu présente dans la recherche française,
l’histoire moderne suscitant davantage d’intérêt, par exemple en ce qui concerne les relations
entretenues par la reine Christine de Suède (1626-1689) dans le cadre de la République des
Lettres. À l’occasion du bicentenaire de l’arrivée sur les trônes de Suède et de Norvège du
Français Jean-Baptiste Bernadotte (1763-1844), nous souhaitons interroger l’actualité des
recherches concernant la Scandinavie du XIXème siècle. Cette journée d’étude permettrait de faire
un état des lieux sur les avancées historiographiques internationales, tout en construisant des
coopérations d’ordre scientifique avec un pays où la dynastie Bernadotte occupe encore
aujourd’hui le trône suédois.

Né en 1763 à Pau dans une famille modeste, devenu maréchal d’Empire et beau-frère de
Joseph Bonaparte, Bernadotte parvient en 1810 à se faire élire prince héritier au trône de Suède. Il
arrive en Suède quelques mois plus tard, dans un contexte hautement instable. En effet en 1792 le
roi Gustave III est assassiné lors d’un bal masqué à l’Opéra de Stockholm. Son fils, Gustave IV, lui
succède, mais l’exercice gustavien du pouvoir conduit la noblesse à fomenter un coup d’État. Les
difficultés politiques s’accentuent en 1809 au cours de la guerre de Finlande contre la Russie, et la
noblesse révoltée renverse et exile le monarque le 13 mars 1809. Le frère de Gustave III, Charles
XIII, est alors choisi pour souverain. La perte de la Finlande à l’issue de la paix avec le tsar
constitue un véritable traumatisme national. Pour y remédier, la diète se réunit l’année suivante à
Örebro pour mettre en oeuvre une nouvelle constitution, mais aussi pour élire un héritier au roi
Charles XIII, sans enfant et dont les héritiers étaient en exil forcé. Elle désigne donc le maréchal
Bernadotte, avec pour objectif de se rapprocher de la France. Il s’agit aussi d’assurer une dynastie
en la personne de son fils, Oscar. Ce dernier constitue un atout important pour asseoir la dynastie
et légitimer la présence du Français sur un trône étranger. Le début de la décennie 1810 est
marqué par la prise de la Norvège en 1814, à laquelle Bernadotte, devenu Charles Jean, participe
activement. Le 5 février 1818, à la suite du décès de Charles XIII, il monte sur le trône de la double
monarchie de Suède et de Norvège. Cet avènement, célébré tant lors du couronnement à
Stockholm qu’à Trondheim, constitue un changement de dynastie et de politique internationale
majeur pour la Suède.

Un renouvellement historiographique notable
L’objectif de cette journée d’étude est donc à la fois de s’inscrire dans les renouvellements
historiographiques entamés à Framespa il y a maintenant plus de dix ans, et d’en élargir le cadre
aux autres universités françaises et à celles, plus lointaines, d’Europe du Nord. Nous pouvons citer
par exemple le projet Scandinavia in the revolutionary era, initié par des universités danoises,
suédoises et norvégiennes, et qui invite à replacer cette histoire du royaume suédois dans une
historiographie plus large des bouleversements profonds que connaissent les États européens à la
fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle, à la faveur de la Révolution française. Pour les
chercheurs scandinaves et étrangers, nous cherchons désormais à montrer tant l’innovation
politique qui caractérise cette période que la persistance des structures de l’absolutisme gustavien.
Ces études s’attachent aussi à mettre en avant la personnalité, et par conséquent l’exercice du
pouvoir de Bernadotte, tant dans les domaines privés que publics.

Cette journée d’étude a pour objectif d’élargir le panel des thématiques traditionnellement
étudiées lorsqu’il s’agit de cette période en s’intéressant tout autant aux générations suivantes de
cette jeune dynastie qu’aux évolutions politiques, économiques et sociales engendrées
indirectement par Bernadotte.

L’université Toulouse Jean Jaurès (UT2J) est un des piliers de la recherche sur la
Scandinavie en France avec notamment la publication de la Revue d’Histoire Nordique. Entre 2006
et 2010, une série de travaux de recherche de master sur le règne de Charles XIV Jean y ont
également été réalisés, tant sur la vie politique et la société suédoises que sur les enjeux
internationaux de l’époque.

Informations pratiques
La journée d’étude se tiendra le 17 octobre 2018 à l’Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J), à la
Maison de la Recherche, Salle E 412.
Comité scientifique
Jean-François Berdah, maître de conférence (UT2J) rédacteur de la Revue d’Histoire Nordique.
Maurice Carrez, professeur d’histoire contemporaine (IEP Strasbourg), directeur scientifique de la
Revue d’Histoire Nordique.
Jean-Marc Olivier, professeur d’Histoire contemporaine (UT2J) et membre du comité de rédaction
de la Revue d’Histoire Nordique.
Conditions de soumission
Les propositions de communication (300 mots maximum, en français ou en anglais) et la notice
biographique sont à envoyer avant le 1er septembre 2018.
Nous vous ferons savoir dans le meilleur délai si votre proposition est retenue.
Contacts :
lisal.castro@gmail.com
thomas.gauchet@sciencespo.fr

Comments are closed.

Post Navigation