Master de spécialisation en Sciences du Langage

Dès la rentrée 2016-2017, le Service d’Etudes nordiques de l’Université de Mons organise un Master de spécialisation en Sciences du Langage, option « La communication et le vivre ensemble dans l’espace scandinave ».

Formation de deuxième cycle, ce Master de spécialisation vise à préparer les étudiants à la recherche dans différents domaines des sciences du langage, appliquées à l’espace politique, culturel et linguistique scandinave. Les activités pédagogiques de l’option visent à transmettre aux étudiants une méthodologie de la recherche, notamment en les intégrant dans les activités du Service d’Etudes nordiques et d’autres entités de recherche de l’UMONS. La rédaction d’un mémoire scientifique et la possibilité d’effectuer un stage dans une organisation extérieure à l’Université permettront aux étudiants d’entamer des études personnelles pouvant mener à une thèse de doctorat.

Programme de la formation :

http://portail.umons.ac.be/FR/INFOSSUR/INTRANET/LANGAGE/FORMATIONS/Pages/PDE2015-2016.aspx

Contact : hedwig.reuter@umons.ac.be

Voir aussi : « Bourses, offres d’emplois et de stages »

 

Service d’Etudes nordiques : axes de recherches

Les travaux de recherche du Service d’Etudes nordiques se situent à l’intersection des sciences du langage et de la traduction, en s’attachant principalement aux phénomènes langagiers propres au Danemark, à la Suède et à la Norvège. L’objectif des travaux est d’éclairer ces phénomènes langagiers par des connaissances nouvelles, afin de les intégrer à la pratique traductologique et didactique.

Actuellement, la recherche est organisée en trois axes :

1. Cultures et littératures scandinaves 

  • Histoire, (re)traduction et réception d’œuvres littéraires scandinaves.

Par exemple : étude du rôle de la traduction dans la « vie » d’un classique littéraire (Selma Lagerlöf, Jens Peter Jacobsen, Karin Blixen). Etude de la réception, dans les pays francophones, de la littérature de jeunesse scandinaves. Politique de distribution et traduction (p.ex. le cas du polar scandinave).

  • Traditions culturelles et traduction : études de problèmes culturels ou géo-politiques dans les traductions, adaptations et sous-titrages d’œuvres artistiques et documentaires.

Par exemple : étude des spécificités du mode oral dans la transmission des savoirs, et de leur rapport avec l’écrit (tensions-interactions). Intérêt plus particulier pour le monde scandinave, avec une ouverture vers d’autres contrées dans une perspective comparatiste.

Mots clés : réception, littérature classique, (re)traduction, diffusion, adaptation, oralité.

2. Communication et aménagement linguistique dans les pays scandinaves

  • Analyse quantitative et qualitative du discours (oral ou écrit) sous l’angle de la communication interpersonnelle.
  • Communication inter-scandinave et traduction (analyse de corpus oraux et écrit).
  • Variations linguistiques (dialectes, ethnolectes, sociolectes,…) et traduction/interprétation.
  • Influence de l’anglais dans les langues scandinaves et traduction française.

Mots clés : analyse du discours, analyse conversationnelle, analyse textuelle, sociolinguistique, traductologie

3. Les langues scandinaves : études linguistiques

Analyse de phénomènes grammaticaux dans le but de dégager des éléments utiles à la pratique de la traduction, à la réflexion traductologique, à l’enseignement des langues et de la grammaire aux traducteurs-interprètes.

Quelques pistes de réflexions : problèmes de typologie linguistique en traduction et enseignement de la langue aux traducteurs. Quel type de grammaire faut-il enseigner aux futurs traducteurs/interprètes (modèle de description grammaticale) ?

Mots clés : Typologie linguistique, grammaire contrastive, pragmatique, traduction

Comments are closed.

Post Navigation