Geographies of Knowledge and Imagination

Geographies of Knowledge and Imagination in 19th Century Philological Research on Northern Europe

Editor(s): Joachim Grage, Thomas Mohnike

Comparative philology was one of the most prolific fields of knowledge in the humanities during the 19th century. Based on the discovery of the Indo-European language family, it seemed to admit the reconstruction of a common history of European languages, and even mythologies, literatures, and people. However, it also represented a way to establish geographies of belonging and difference in the context of 19th century nation-building and identity politics. In spite of a widely acknowledged consensus about the principles and methods of comparative philology, the results depended on local conditions and practices. If Scandinavians were considered to be Germanic or not, for example, was up to identity politics that differed in Berlin, Strasbourg, Copenhagen and Paris.

The contributors here elaborate these dynamics through analyses of the changing and conflicting versions of imaginative geographies that the actors of comparative philology evoked by using Scandinavian literatures and cultures. They also show how these seemingly delocalized scientific models depended on ever-different local needs and practices. Through this, the book represents the first distinctly transnational dynamic geography and history of the philological knowledge of the North – not only as a history of a scientific discourse, but also as a result of doing and performing scientific work.

View Extract : http://www.cambridgescholars.com/download/sample/63906

Further information :

http://www.cambridgescholars.com/geographies-of-knowledge-and-imagination-in-19th-century-philological-research-on-northern-europe

Projection film « Révolutions islandaises » de Yohann et Nils Aucante (EHESS) – le 5 juillet 2017 à 17h

Le LabEx Tepsis et son directeur Richard Rechtman ont le plaisir de vous inviter à la première du film documentaire :

Révolutions islandaises de Yohann et Nils Aucante

le mercredi 5 juillet à 17h

EHESS, Amphithéâtre Furet, 105 boulevard Raspail 75006 PARIS.

La projection sera suivie d’un débat en présence des réalisateurs.

 

Révolutions islandaises (France, 2017, 34 minutes) revient sur la situation politique et économique de l’Islande près de 10 ans après le début de la grande crise financière de 2008, qui a mis le pays au bord du gouffre. Si la situation économique et financière s’est considérablement améliorée – la pêche et le tourisme y contribuant grandement au point que la fréquentation de l’Islande devienne problématique – la crise de légitimité politique est loin d’être résolue. 2016 a été de ce point de vue une année particulièrement riche en événements, avec la forte progression du Parti pirate, le scandale des Panama papers qui a conduit à la démission du premier ministre et entraîné une nouvelle vague de manifestations populaires, les élections présidentielles et des législatives anticipées aboutissant à une certaine illisibilité politique. Le film retrace notamment cette séquence particulière qui fait écho au climat de défiance prévalant dans de nombreuses démocraties à l’heure actuelle, et il incite à réviser une vision quelque peu déformée de l’Islande.

 

 

 

Régis Boyer

Le président de l’université Paris-Sorbonne, le directeur et les enseignants chercheurs de la section d’Études Nordiques et Scandinaves de l’UFR de Littératures Germaniques et Nordiques, font part de la disparition de Régis Boyer, qui fut professeur de langues, littératures et civilisations scandinaves à Paris-Sorbonne de 1971 à 2001.

Né en 1932, Régis Boyer avait, au début des années 1950, fait des études de français, de philosophie et d’anglais tout en suivant l’enseignement en langues et littératures scandinaves dispensé par Maurice Gravier à l’université de Nancy. Il s’initia alors au suédois et au vieux norrois, avant de passer l’agrégation de Lettres et d’enseigner comme lecteur de français à l’université de Łódź en Pologne, puis à l’université de Reykjavik en Islande et dans les universités de Lund et Uppsala en Suède. Après une dizaine d’années en Scandinavie il soutint en 1970 une thèse d’État (sur deux sujets : le vieil islandais, dans le sillage
de l’histoire comparée des religions de Dumézil, l’autre sujet relevant de la littérature comparée).
Il fut alors nommé Maître Assistant en études scandinaves à la Sorbonne, puis, l’année suivante, professeur de langues, littératures et civilisation scandinaves, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 2001. Pendant toute sa carrière à la Sorbonne, Régis Boyer a développé et structuré la formation en études scandinaves, organisé de multiples événements scientifiques, dirigé une trentaine de thèses et suscité au-delà de nombreuses vocations. Par ses publications sur la civilisation scandinave ancienne et moderne, il a fait connaître en France l’histoire et la littérature scandinave médiévale. Il a éveillé la curiosité et l’intérêt du grand public pour les Vikings et contribué à en donner une image historique nuancée. Infatigable passeur, il a traduit une cinquantaine d’ouvrages depuis le danois, l’islandais, le norvégien et le suédois. Il a ainsi fait mieux connaître en France les œuvres de l’Islandais Halldór Laxness, de la Danoise Karen Blixen, des Norvégiens Knut Hamsun et Tarjei Vesaas, ou encore des Suédois Pär Lagerkvist, Selma Lagerlöf, August Strindberg et Emanuel Swedenborg, pour ne citer que les plus connus. Il a notamment dirigé quatre volumes dans la Bibliothèque de la Pléiade, consacrés à l’oeuvre de H.C. Andersen (2 tomes), au théâtre d’Henrik Ibsen, et enfin aux Sagas islandaises, qui ont marqué les esprits et donné aux lettres du Nord une place particulière dans le champ littéraire français. Il venait de préparer, pour la même collection, deux volumes sur Søren Kierkegaard. Il avait obtenu en 1970 le prix Broquette-Gonin (littérature) et en 2013 le prix Roger-Caillois.

IIe congrès de l’Association Pour les Études Nordiques (APEN) à Caen du 14 au 16 juin 2017

IIe Congrès de l’Association Pour les Études Nordiques (APEN)

À Caen du 14 au 16 juin 2017

Ouverture le 14 juin 2017 dans la nouvelle bibliothèque Alexis de Tocqueville (réseau de Bibliothèques de Caen la mer).

Avec Olivier Tacheau (Directeur de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville), Thomas Mohnike (Président de l’Association pour les Études Nordiques en France), Christian Bank Pedersen (Directeur adjoint du Département d’Études nordiques), Eric Eydoux (Directeur de publication de la revue Nordiques).

Conférences de 17h à 19h sur « L’innovation à la périphérie des villes nordiques ».
Rencontre autour d’un verre à 19h15.

Pour télécharger l’affiche en PDF : Congrès APEN 2017 affiche

Plus de renseignements sur le site de l’Équipe de recherche sur les Littératures, les Imaginaires et les Sociétés ERLIS.

Colloque de Cerisy à partir du 31 mai 2017 : « Animaux aquatiques et monstres de mers septentrionales : imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600 ».

Colloque de Cerisy à partir du 31 mai 2017 :

« Animaux aquatiques et monstres de mers septentrionales :

imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600″.

Consacré à l’histoire des poissons, monstres et mammifères aquatiques en Manche, mer du Nord, mer Baltique, mer de Norvège et Atlantique Nord, ce colloque s’inscrit dans le cycle dédié à la Normandie médiévale et étudiera la construction des savoirs sur la faune marine du Nord depuis la fin de l’Antiquité.


Du mercredi 31 mai (19h) au samedi 3 juin (18h) 2017 au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle.

Plus d’informations sur le site Les Échos du CRAHAM.

Élégie estonienne et autres poèmes : rencontre avec Jüri Talvet le 7 juin 2017 à la Bibliothèque nordique

Élégie estonienne et autres poèmes : conférence-rencontre avec Jüri Talvet

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence-rencontre avec le poète, essayiste et Professeur

Jüri Talvet, en présence de Monsieur Alar Streimann, Ambassadeur d’Estonie en France :

le mercredi 7 juin 2017 à 18h15,

en salle de lecture de la Bibliothèque nordique (6, rue Valette 75005 PARIS).

Photo de Jüri TALVET par © Antonio D’Alfonso

À l’occasion de la parution du recueil Élégie estonienne et autres poèmes aux Editions L’Harmattan.

La conférence sera suivie d’un verre de l’amitié proposé par l’Ambassade d´Estonie en France.

N’oubliez pas de manifester votre intérêt pour cet événement sur la page de l’événement Facebook!

« Ah! L’Amour! » d’Anne Charlotte Leffler : lecture dirigée par Corinne François-Denève dimanche 21 mai 2017 à 17h

Ah! L’Amour! d’Anne Charlotte Leffler :

lecture dirigée par Corinne François-Denève

Le dimanche 21 mai 2017 à 17h. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

à la Maison des Etudiants suédois (Cité Universitaire de Paris).

Ah ! l’amour ! (Den kärleken ! 1891), comédie en deux actes d’Anne Charlotte Leffler, n’avait jamais été traduite en français, et encore moins représentée en France. A l’occasion de la sortie du Théâtre Complet de Leffler, traduit par Corinne François-Denève, et édité aux Classiques Garnier, la pièce sera créée en France le 21 mai 2017.

Ah ! l’amour ! évoque l’amour qui lie Vendla à Rudolf, en dépit des diverses difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Rudolf est un impulsif, un homme du XIXe siècle, autoritaire et un peu brusque. Vendla, au début de la pièce, est au contraire une jeune femme qui fréquente les militantes « émancipées » de son époque. Gunborg, en particulier, tente de lui apprendre les règles de la vulgate féministe. Mais Vendla ne peut résister à Rudolf. Elle l’épouse, en dépit de ses défauts. Au deuxième acte, Vendla et Rudolf vivent heureux, dans un foyer « traditionnel » où Monsieur travaille et où Madame est aux petits soins pour lui. Soudain arrivent Gunborg et une amie, Mina. La bataille va faire rage.

Sous des dehors légers et gais, la pièce de Leffler parle de la violence dans le couple, des rôles que la société assigne aux hommes et aux femmes, de la domination masculine, de l’aveuglement de l’amour, de la résignation nécessaire, du couple, des amitiés et des idéaux trahis. Le débat en est encore terriblement actuel.

Une production Compagnie Benoît Lepecq, en français et en suédois, avec :
Jeanne-Marie Garcia : Mme Sandström
Lise Gervais : Gunborg
Frédéric Losseroy : Rudolf
Oliver Nilsson : Asp
Marion Noone : Mina
Barbara Castin : Vendla

Lecture dirigée par Corinne François-Denève

Avec le soutien de la Bibliothèque Nordique – évènement « Hors les murs », de la Maison des Etudiants suédois et du Laboratoire CHCSC/UVSQ. L’évènement s’inscrit dans la programmation « Femmes dans le Monde » de la Cité Universitaire de Paris.

Plus d’informations sur : CitéScope – Cité internationale universitaire de Paris