Bourse doctorale langue, littérature et société 2014 – SWEA

L’association SWEA (Swedish Women’s Educational Association) attribuera en 2014 une bourse pour encourager la recherche en langue,  littérature et société suédoises.

Les candidats devront être des doctorants établis hors de Suède et dépendant d’un établissement universitaire hors de Suède.

Plus d’informations sur les conditions de candidature le site de SWEA

Merci à Thomas Mohnike pour cette information.

Appel à contribution Revue Nordiques, n°28 (automne 2014)

Appel à contribution

Revue Nordiques, n° 28 (automne 2014)

Les traces des Vikings et de la mythologie nordique aujourd’hui dans le Norden, en France et ailleurs (Russie, Grande-Bretagne, Amérique du Nord…)


– Mythe viking et mythologie nordique en littérature, musique, cinéma… ;
– Figure du viking dans les discours politiques ;
– Croyances dans les Ases aujourd’hui ;
– Traces de la présence viking (langue, toponymie, archéologie…), etc.

Propositions à envoyer à Annelie Jarl Ireman annelie.jarl@unicaen.fr

Les articles (en français ou en anglais) de 40 000 signes maximum seront à rendre en juin 2014.

Site de la revue Nordiques

 

Parution du numéro 26 de la Revue Nordiques

Revue Nordiques n°26

Égalité et parité en Suède : des rêves évanouis ?

Longtemps érigée en modèle de l’égalité des chances et de la parité, la Suède est devenue en France l’incontournable référence des militants de cette cause. A l’heure des bilans se font pourtant entendre des voix discordantes. Le « modèle suédois » a-t-il su épouser son temps ? A-t-il réussi à juguler de nouvelles inégalités ? Et est-il adapté aux réalités françaises ? C’est à ces questions et bien d’autres que le numéro 26 de la revue NORDIQUES s’efforce de répondre. Les articles sont issus des communications d’un colloque international, tenu en novembre 2012, qu’ont organisé Annelie Jarl Ireman et Gunn-Inger Sture, du département d’études nordiques, ainsi que le groupe de recherche ERLIS (Équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés, EA 4254) de l’université de Caen Basse-Normandie, en partenariat avec le festival les Boréales de Normandie.

Sommaire Nordiques n°26

Site de la Revue Nordiques

Merci à Anne Vilfeu pour l’information.

 

Publication : Norvège et l’or de la mer

Actes du colloque international pluridisciplinaire tenu à l’université de Caen (19-20 novembre 2010) réunis par Christian Bank Pedersen et Håvard Astrup Bakke.

Collection Symposia.

norvegeOrMer

Présentation :

Les contributions réunies dans La Norvège et l’or de la mer proposent la première étude en français du rôle mondial que joue aujourd’hui ce très riche pays pétrolier scandinave dans les domaines de la géopolitique, de l’économie et de la pensée environnementale. Cette étude est assortie d’une présentation critique de l’histoire et de la culture norvégiennes. Souvent érigée en modèle démocratique et social, la Norvège doit faire face à certains dilemmes liés à ses immenses revenus, accumulés dans l’ultrapuissant fonds d’investissement – le fonds pétrolier – de l’État  : comment parvient-elle à concilier l’exploitation de ses ressources naturelles et son souci traditionnel de la protection de l’environnement  ? Sera-t-elle, à long terme, capable de garder l’équilibre entre son poids sur le marché global et son travail pour la démocratie dans le monde  ? Ces questions comptent parmi les problématiques abordées dans La Norvège et l’or de la mer.

Table des matièresNorvège et l’or de la mer

Merci à Hanna Steinunn Thorleifsdóttir pour l’information.

Publication : L’Islande dans l’imaginaire

Actes du colloque de Caen (21-22 novembre 2008). Études réunies et présentées par Hanna Steinunn Thorleifsdóttir etFrançois Émion.

Collection Symposia.

Islande_imaginaire312

Présentation :

Cet ouvrage présente les contributions d’une dizaine de spécialistes venus d’horizons différents (civilisation, littérature) qui ont confronté leurs points de vue sur l’image de l’Islande, ancienne et contemporaine. La notion d’image est complexe  : elle suppose tout un jeu d’interactions entre ceux qui la produisent (autochtones, mais aussi observateurs étrangers) et le public auquel elle est destinée. Ce travail collectif s’efforce de mettre en évidence à la fois la pérennité des représentations liées à l’Islande, qui relèvent parfois du cliché, et les enjeux qui se dissimulent derrière la confection d’images dont la maîtrise échappe parfois à leurs concepteurs.

Table des matièresL’Islande dans l’imaginaire

Merci à Hanna Steinunn Thorleifsdóttir pour l’information.

Soutenance de thèse

Représentation du genre et des sexualités dans les méthodes d’éducation à la sexualité élaborées en France et en Suède

La soutenance de thèse d’ Élise Devieilhe aura lieu le mardi 17 décembre à 14 h en Salle du Conseil, bâtiment B, campus 1, Université de Caen Basse-Normandie.

Résumé

Parce qu’elle indique l’expression socialement acceptable de la sexualité, l’éducation à la sexualité diffusée par une société reflète ses représentations et ses choix en matière d’organisation sociale de la sexualité. L’objet de cette thèse est d’analyser dans une perspective socio-historique (du début du XXe siècle à aujourd’hui) et socio-culturelle franco-suédoise, les méthodes et théories d’éducation à la sexualité, afin d’y discerner les conceptions du genre et des sexualités qu’elles véhiculent. Si la pratique de l’éducation à la sexualité reste encore aujourd’hui, en Suède comme en France, largement dépendante de volontés individuelles et non généralisée, les méthodes développées sont en revanche mieux structurées et plus étayées en Suède qu’en France. Une analyse de contenu de plusieurs supports d’éducation à la sexualité (textes officiels et diverses productions écrites et illustrées) ainsi que des entretiens avec des personnes ressources permettent de définir certaines caractéristiques des deux pays en ce domaine : tandis que la Suède a commencé à intégrer à son éducation à la sexualité une réflexion critique sur le genre, c’est loin d’être le cas en France. La problématisation de l’hétéronormativité est par ailleurs tout à fait absente de l’éducation française à la sexualité, alors qu’elle se diffuse peu à peu dans les textes officiels suédois, sous l’impulsion de mouvements associatifs et d’universitaires. Or, en l’absence d’une réflexion critique sur le genre et l’hétéronormativité – ce que l’on constate en France, et dans une moindre mesure en Suède – la conception de la sexualité diffusée par l’éducation à la sexualité est biologisante (centrée sur la reproduction), associant la sexualité au sentiment amoureux (norme du couple et de l’amour), négative (centrée sur les risques), différentialiste (hommes et femmes étant présentés comme complémentaires), et hétéronormative. Une partie de l’analyse se concentre sur des méthodes alternatives : la pédagogie inclusive et la pédagogie critique de la norme, élaborées en Suède et appliquées à l’éducation à la sexualité.

Soutenance de thèse

La pythie face à l’Histoire. Mémoire, mythes et spiritualité dans la poésie d’Eeva-Liisa Manner et Anna Akhmatova

La soutenance de thèse de David Paigneau aura lieu le mercredi 11 décembre à 13 h à la Maison des Langues et de l’International, salle LI 160,  Université de Caen Basse-Normandie.

Résumé

Au cours de ce projet de thèse, deux poétesses du XXème siècle : Eeva-LiisaManner et Anna Akhmatova, seront mises en parallèle pour leurs choix esthétiques, mais aussi pour leur parcours et pour leur position singulière, au sommet de la pyramide poétique de leurs nations respectives, et en porte-à-faux face à certains présupposés du modernisme littéraire et intellectuel qui les entoure, alors même que l’une et l’autre ont débuté leur carrière au sein ou aux côtés de courants poétiques dits modernistes, avant de s’en émanciper et de développer une voix poétique solitaire et à l’écart des courants institutionnalisés. L’un des hiatus qui les éloignentde la modernité poétique et intellectuelle est la question spirituelle – religieuse . La poésie de Manner et celle d’Akhmatova tendent à transmettre une mémoire qui se veut à la fois intime et collective, par le biais de poèmes mêlant autobiographie et références constantes aux grands classiques de la littérature et surtout aux différentes pensées religieuses, ou plutôt à « la » pensée religieuse aux sources de toute foi, selon la thèse de l’homo religiosus.Ainsi, relectures de mythes (Loth et figures de Dante pour Akhmatova, Ulysse ou Orphée pour Manner), citations de textes sacrés, apparitions et prises de parole symboliques de prophètes, foisonnent dans les poèmes des deux auteurs. Mais si la pensée religieuse permet de rapprocher Manner et Akhmatova, c’est qu’elle ne traverse pas les poèmes uniquement en tant que choix esthétique, mais en tant que système de pensée à part entière. Poétesses mêlant vie, œuvre et histoire, leurs visions du monde respectives sont structurées autour de préoccupations communes : s’inscrire dans la culture universelle, transmettre des valeurs humaines que la guerre et/ou les troubles politiques ont bafouées, enfin revendiquer l’apport de la spiritualité et de l’héritage religieux dans le jugement critique porté sur le monde. Il s’agira donc avant tout d’une thèse de littérature comparée, mais qui accordera une place de premier choix à la biographie des deux auteurs, à leur parcours, à leur statut dans la littérature de leurs pays respectifs, et qui s’ouvrira à l’histoire des idées en replaçant la vie et l’œuvre de Manner et d’Akhmatova dans le contexte des débats intellectuels du XXème consacrés à la question spirituelle-religieuse.

Soutenance de thèse

La formation du canon de la nouvelle en Finlande et en Estonie

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse de Martin Carayol en littérature, qui aura lieu le jeudi 5 décembre à 9 h 30 à l’INALCO, 2 rue de Lille (salle des Plaques) à Paris. Contact : Martin.Carayol@gmail.com

Résumé

Ce travail vise à observer les mécanismes à l’œuvre dans la canonisation des nouvelles finlandaises et estoniennes. L’auteur présente d’abord les travaux théoriques qui concernent le canon littéraire et les fréquents débats entourant cette notion. Il étudie ensuite le rôle des plus importantes instances canonisatrices (recensions, travaux critiques, prix littéraires, anthologies, traductions, institution scolaire et universitaire) en Finlande et en Estonie. Une attention particulière est accordée à la réception critique dans les revues littéraires des deux pays, et à la présentation qui est faite des classiques de la nouvelle dans les manuels de littérature.

Des études de cas sont ensuite présentées : à partir d’exemples tirés d’écrivains ou de thèmes précis, l’auteur y met en lumière certains phénomènes caractéristiques de la canonisation, et diverses circonstances susceptibles de faciliter la canonisation des textes, ou au contraire d’y faire obstacle. Ces analyses débouchent sur des propositions de nouveaux outils théoriques pour l’étude diachronique des canons.

Programme ÅSGARD : Invitations de chercheurs français en Norvège

Appel à candidatures – 2014

La Mission Scientifique de l’Ambassade de France en Norvège, en partenariat avec la Fondation Franco-Norvégienne pour la recherche scientifique et technique et le développement industriel, a le plaisir d’annoncer le lancement de son nouvel appel à candidatures dans le cadre du Programme Åsgard.

Le programme Åsgard

Åsgard est un programme franco-norvégien d’invitation de chercheurs dont les objectifs sont les suivants :
– Développer les échanges scientifiques entre la France et la Norvège
– Favoriser l’émergence de coopérations en recherche et en transfert de technologie
– Permettre aux chercheurs français et norvégiens d’étendre leurs réseaux internationaux
Les chercheurs retenus seront invités à passer une semaine en Norvège durant l’année 2014. Ils se verront proposer des visites d’institutions et départements universitaires de recherche ainsi que, dans la mesure du possible, d’entreprises ayant des activités de recherche dans leur domaine. À l’occasion de ces visites, ils seront conviés à donner des conférences. Il pourra aussi leur être proposé d’intervenir auprès du grand public au sein d’institutions culturelles ou auprès d’élèves de lycées français et/ou norvégiens.

Éligibilité

Ouvert à tous, ce programme s’adresse, en priorité, à des chercheurs, hommes et femmes, âgés de 35 à 45 ans. Outre la pertinence des domaines d’expertise dans le contexte de la coopération franco-norvégienne, la sélection des candidats tiendra compte de la reconnaissance internationale de leurs travaux de recherche.
Attention : le Programme Åsgard n’est pas destiné à soutenir une collaboration avec un partenaire déjà identifié, mais bien à « prospecter » et créer de nouveaux contacts.
Les thématiques prioritaires pour cet appel sont les suivantes:
– Sciences marines et maritimes
– Énergies
– Environnement et climat
– Recherche polaire
– Santé
Nous restons cependant ouverts à d’autres thèmes dans la mesure où le contexte de la coopération franco-norvégienne est mis en valeur.

Dossier de candidature

Les dossiers de candidature, rédigés en français ou en anglais, doivent comprendre :

  1. CV détaillé du candidat
  2. lettre d’intention
  3. éventuellement une lettre de recommandation

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 15 décembre 2013.
Ceux-ci doivent être adressés par courriel (pièces jointes au format PDF) ou par voie postale (cachet de la poste faisant foi) à la Mission Scientifique de l’Ambassade de France en Norvège :

Mission Scientifique de l’Ambassade de France en Norvège
Institut français
Holtegaten 29
NO-0355 Oslo
NORGE
Courriel : science@france.no

Pour plus d’informations : Appel_à_candidatures_asgard_2014

Soutenance de thèse

L’utilisation et l’acquisition des verbes de position en suédois L1 et L2.

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse de Maria Hellerstedt en linguistique suédoise, qui aura lieu le 29 novembre à 14h à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75 006 Paris, salle D323, ainsi qu’au pot qui suivra. Dû à la taille de la salle, veuillez lui faire parvenir un courriel, si  vous comptez venir, à l’adresse suivante : mariahellerstedt@hotmail.com

Résumé

Les verbes de position suédois encodent la localisation statique (stå « être debout », ligga « être couché », sitta « être assis ») et dynamique (ställa « mettre debout », lägga « coucher », sätta « asseoir ») d’un objet concret ou d’une personne. Selon nos données, élicitées à partir de stimuli présentés à 98 participants, la fréquence élevée de l’emploi de ces verbes en assure une acquisition précoce par les enfants apprenant le suédois en tant que langue maternelle et par les francophones adultes apprenant le suédois en tant que langue étrangère. Or, leur complexité sémantique rend difficile leur utilisation dans la mesure où les choix d’un verbe ne correspondent pas toujours à ceux de la langue cible. En effet, les difficultés perdurent même à un haut niveau de compétence (enfants de 10 ans, apprenants L2 avancé). Un ordre d’acquisition se discerne d’une part selon le type de verbe (les verbes statiques sont appris avant les dynamiques), d’autre part selon les paramètres sémantiques (l’horizontalité et la verticalité sont appris avant la base et le contact/inclusion), et enfin selon le sens prototypique (acquis avant les sens élargis). Plusieurs stratégies sont utilisées par les apprenants pour résoudre ces problèmes : l’usage d’un verbe statique pour encoder une situation dynamique ; l’usage généralisé de l’un des verbes (généralement celui encodant l’horizontalité) ; l’usage collocationnel d’un verbe avec une Figure ; l’usage d’une ellipse verbale ou d’un verbe positionnellement neutre (ex. la copule). L’acquisition par les apprenants L2 de l’organisation discursive de la langue cible semble se faire en dernier lieu, due à la différence typologique des deux langues.

Mots clé : verbes de position, verbes de localisation, verbes de placement, acquisition des langues, L1, L2, sémantique, typologie, suédois, français