Soutenance de thèse

L’utilisation et l’acquisition des verbes de position en suédois L1 et L2.

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse de Maria Hellerstedt en linguistique suédoise, qui aura lieu le 29 novembre à 14h à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75 006 Paris, salle D323, ainsi qu’au pot qui suivra. Dû à la taille de la salle, veuillez lui faire parvenir un courriel, si  vous comptez venir, à l’adresse suivante : mariahellerstedt@hotmail.com

Résumé

Les verbes de position suédois encodent la localisation statique (stå « être debout », ligga « être couché », sitta « être assis ») et dynamique (ställa « mettre debout », lägga « coucher », sätta « asseoir ») d’un objet concret ou d’une personne. Selon nos données, élicitées à partir de stimuli présentés à 98 participants, la fréquence élevée de l’emploi de ces verbes en assure une acquisition précoce par les enfants apprenant le suédois en tant que langue maternelle et par les francophones adultes apprenant le suédois en tant que langue étrangère. Or, leur complexité sémantique rend difficile leur utilisation dans la mesure où les choix d’un verbe ne correspondent pas toujours à ceux de la langue cible. En effet, les difficultés perdurent même à un haut niveau de compétence (enfants de 10 ans, apprenants L2 avancé). Un ordre d’acquisition se discerne d’une part selon le type de verbe (les verbes statiques sont appris avant les dynamiques), d’autre part selon les paramètres sémantiques (l’horizontalité et la verticalité sont appris avant la base et le contact/inclusion), et enfin selon le sens prototypique (acquis avant les sens élargis). Plusieurs stratégies sont utilisées par les apprenants pour résoudre ces problèmes : l’usage d’un verbe statique pour encoder une situation dynamique ; l’usage généralisé de l’un des verbes (généralement celui encodant l’horizontalité) ; l’usage collocationnel d’un verbe avec une Figure ; l’usage d’une ellipse verbale ou d’un verbe positionnellement neutre (ex. la copule). L’acquisition par les apprenants L2 de l’organisation discursive de la langue cible semble se faire en dernier lieu, due à la différence typologique des deux langues.

Mots clé : verbes de position, verbes de localisation, verbes de placement, acquisition des langues, L1, L2, sémantique, typologie, suédois, français

 

Comments are closed.

Post Navigation